Les SUV sont généralement des véhicules plus gros, plus lourds et plus gourmands que les berlines ou même les breaks. À Paris on les considère d’ailleurs comme l'une des principales sources de pollution de l'air dans la ville et le Conseil de Paris envisage d'imposer des tarifs de stationnement plus élevés sur ces véhicules que la capitale considère comme trop gros et dangereux. C’est justement la taille, le poids et la motorisation du véhicule qui seront pris en compte lors du calcul des frais.

The Guardian rapporte que la mesure a été approuvée par les conseillers de Paris le mois dernier. Le parti écologiste a proposé la nouvelle loi indiquant que le nombre de SUV à Paris a augmenté d'environ 60% au cours des quatre dernières années. Pourtant, ils ne représentent qu'environ 15% du parc total de la ville qui compte environ 1,15 million de véhicules privés.

Galerie: Sept voitures devenues SUV

"Nous souhaitons que la ville de Paris modifie la tarification du stationnement payant pour la rendre progressive en fonction du poids et de la taille des véhicules", a commenté Frédéric Badina-Serpette, un conseiller de l'EELV (Europe Écologie les Verts Paris). "L'objectif est de se focaliser sur une absurdité : l'auto-besité...(on aura tout vu) la croissance inexorable du poids et de la taille des véhicules circulant dans nos villes, et particulièrement à Paris."

Paris n’est qu’un début

La nouvelle règle devrait entrer en vigueur le 1er janvier de l'année prochaine, lorsque les propriétaires de SUV commenceront à payer des frais de stationnement plus élevés. Cependant, les véhicules électriques et les véhicules des familles nombreuses devraient être exclus de la mesure, bien que les détails des charges et la manière dont les SUV seront catégorisés ne soient pas connus pour le moment. 

Un peu plus tôt cette année, la ville de Lyon a introduit une nouvelle loi similaire qui entrera aussi en vigueur en 2024. La troisième plus grande ville de France a annoncé une nouvelle politique de stationnement, en vertu de laquelle les frais de stationnement dans les espaces publics seront déterminés progressivement en fonction de la taille, du poids et du moteur du véhicule tout comme à Paris.

Cependant, les véhicules électriques bénéficieront des frais de stationnement les plus bas, soit 15 euros par mois, tandis que les véhicules à combustion qui pèsent plus de 1 725 kilos paieront le triple. À Grenoble, qui compte environ 450 000 habitants, on devrait aussi introduire une politique similaire.