Ce sont généralement des réglementations plus strictes en matière d'émissions qui obligent les constructeurs automobiles à abandonner leurs petites sportives en Europe. Cependant, la Grande Faucheuse de la Toyota GR86 et de la Subaru BRZ sera une législation à venir en matière de sécurité. Appelée General Safety Regulations 2 (GSR2), elle va malheureusement mettre le dernier clou dans le cercueil de la Toyota GR86 et de la Subaru BRZ.

Dans des courriels adressés à Motor1, les deux constructeurs ont confirmé que les coupés à propulsion arrière ne seront plus disponibles sur le Vieux Continent très longtemps. Patrick Scheelen, Senior Manager, Lexus and Toyota Gazoo Racing Communications, nous a dit que le plan initial de vendre le GR86 pendant seulement deux ans en Europe reste en place. Il a ajouté que l'entreprise n'avait pas l'intention de modifier la voiture de sport abordable pour répondre aux exigences de la GSR2.

Jürgen Ehlenberger, responsable des services marketing et de la communication d'entreprise de Subaru, a déclaré : "Après 2024, il n'y aura plus de Subaru BRZ en Europe. La vente des véhicules en stock aura lieu en 2024."

2023 Toyota GR86 (UK-spec)
2023 Toyota GR86 (UK-spec)

Les choses étaient écrites depuis décembre 2021, lorsque Toyota a annoncé que la GR86 de deuxième génération ne serait proposée en Europe que pendant deux ans. Pour que la voiture soit conforme à la nouvelle législation en matière de sécurité, elle devrait être "entièrement repensée". C'est tout simplement impossible d'un point de vue commercial, car la GR86 est un produit de niche en Europe et à peu près partout ailleurs. Le fait que Toyota se soit associé à Subaru pour répartir les coûts montre à quel point il est difficile d'élaborer un dossier commercial viable pour une voiture de sport. Il en va de même pour la Supra, qui est essentiellement un coupé BMW Z4.

En supposant, que Toyota fasse le travail et dépense l'argent nécessaire pour rendre la GR86 conforme aux normes, il ne s'agirait pas de la même voiture, du moins c'est ce que l'on nous dit. Modifier le coupé sportif "nuirait au caractère dynamique de la voiture" et "ce ne serait tout simplement pas la voiture que tout le monde connaît et aime". C'est ce qui ressort d'un article écrit par Joe Clifford pour le magazine officiel de Toyota UK.

La norme GSR2 empêchera non seulement Toyota et Subaru de prendre de nouvelles commandes pour la GR86 et la BRZ, mais les constructeurs ne seront pas autorisés à vendre les stocks disponibles. Cela signifie que la fenêtre d'opportunité se referme puisque les entreprises seront de plus en plus réticentes à garder les voitures dans leurs stocks.

La Miata survit

2024 Mazda MX-5 Miata
2024 Mazda MX-5 Miata
2023_mazda_mx-5_rf_nice_zs_still_10

Si la disparition de la Toyobaru en Europe - y compris au Royaume-Uni d'ailleurs - sera un triste jour, nous avons tout de même une bonne nouvelle. Les passionnés pourront toujours acheter la MX-5 après 2024. Un porte-parole de Mazda nous a dit que la Miata bien-aimée restera en circulation, même si elle est plus ancienne.

Pour rappel, la génération ND a été dévoilée en septembre 2014 avec un toit en tissu avant que la RF à toit rigide ne soit présentée en mars 2016. Depuis, la petite voiture de sport décapotable a reçu deux mises à jour notables, la ND2 en 2018 et la ND3 en 2023. Le responsable du programme MX-5, Shigeki Saito, promet des éditions spéciales "très cool".

L'Alpine A110 survit, mais avec une disponibilité limitée

2024 Alpine A110 R Turini

La mise en œuvre du GSR2 va avoir un impact sur la disponibilité d'une autre voiture en Europe. Dans une interview accordée à Autocar l'année dernière, le vice-président de l'ingénierie d'Alpine, Robert Bonetto, a déclaré que la voiture n'était pas conforme aux nouvelles normes d'homologation en matière de sécurité active. Par conséquent, la marque détenue par Renault affirme que "les options pour les ventes en Europe seront limitées". Faisant écho à la déclaration de Toyota, Alpine affirme qu'il serait prohibitif de modifier l'A110, ajoutant que les coûts ne seraient pas amortis d'ici la fin de la production de la voiture en 2026.

Voyant le verre à moitié plein, l'Alpine A110 ne disparaîtra pas complètement en Europe. Il existe une dérogation spéciale de deux ans qui permet à l'entreprise de vendre un maximum de 1 500 unités par an.

La Porsche Macan à essence est également mise à la retraite en Europe

Porsche Macan GTS (2021) and Porsche Macan S (2021)

Un autre décès notable en Europe cette année, bien qu'il ne s'agisse pas d'une voiture de sport, est celui de la Porsche Macan de première génération. Le crossover à essence fait ses adieux, car il n'est pas conforme à la loi sur la cybersécurité liée à l'EGS2, qui entrera également en vigueur en juillet. Il y a quelques semaines, Ben Weinberger, porte-parole pour le Macan et le Cayenne, a déclaré dans un e-mail à Motor1 :

"Dans l'Union européenne et dans certains États qui appliquent la législation européenne, le Macan à moteur thermique ne sera pas disponible indéfiniment. La raison principale en est le règlement général sur la sécurité de l'Union européenne (y compris la cybersécurité), auquel la plateforme ne sera pas convertie. Tous les modèles qui ne répondent pas à ces exigences ne pourront plus faire l'objet d'une nouvelle immatriculation dans l'UE après le début du mois de juillet 2024."

Cette disposition s'applique non seulement au Macan équipé d'un moteur à combustion interne, mais aussi à tous les modèles de tous les constructeurs, et ce indépendamment du fait qu'il s'agisse d'un véhicule électrique ou d'un véhicule équipé d'un moteur à combustion interne. Par conséquent, la vente du Macan à moteur à combustion interne devrait être interrompue dans l'UE au cours du printemps, ce qui permettra de livrer les véhicules aux clients et de les faire immatriculer avant la date limite. Dans les régions où la législation européenne n'est pas appliquée, le Macan à moteur à combustion interne peut rester disponible plus longtemps.

Qu'est-ce que le GSR2 ?

La première phase est entrée en vigueur le 6 juillet 2022, date à laquelle l'UE a décidé de ne plus dévoiler d'homologation pour les voitures qui ne respectaient pas la norme. Les règles s'appliqueront à tous les nouveaux véhicules à partir de juillet 2024. Il ne s'agit pas seulement des voitures, mais aussi des vans, des pick-up, des bus, etc. Selon la société de conseil en ingénierie, test et développement de véhicules Horiba Mira, citée par Autocar, le GSR2 représente une "liste massive d'une centaine de réglementations, en fonction de la catégorie du véhicule. Certaines sont des amendements, mais nous avons identifié entre 20 et 25 éléments nouveaux".

L'un des éléments qui deviendra obligatoire à partir de juillet 2024 sera l'enregistreur de données de conduite (Event Data Recorder), familièrement appelé "boîte noire". Il enregistrera cinq secondes avant l'accident et 0,3 seconde après l'impact, tout en analysant la vitesse, le freinage et la position de la voiture, ainsi que le fonctionnement des systèmes de sécurité, y compris la fonction d'appel d'urgence. Cette dernière est connue sous le nom d'eCall et est obligatoire dans l'UE depuis avril 2018.

La fiche d'information de la Commission européenne (disponible ici) détaille les nouvelles mesures de sécurité, qui vont de l'assistance au maintien de la trajectoire et du système de surveillance de la pression des pneus à un signal d'arrêt d'urgence et à un avertissement d'attention en cas de somnolence du conducteur. D'autres mesures seront mises en œuvre jusqu'en juillet 2029, telles que des vitres de sécurité améliorées, un système avancé d'alerte en cas de distraction du conducteur, des pneus plus durables et une "vision directe améliorée pour mieux voir les cyclistes et les piétons".

On peut supposer que les voitures deviendront encore plus chères en Europe. L'ajout de nouveaux matériels et logiciels pour se conformer aux réglementations entraînera sans aucun doute une augmentation des coûts pour le constructeur automobile, qui sera ensuite répercutée sur les consommateurs. Nous pensons que les petits véhicules sont particulièrement menacés, car l'intégration d'une technologie de sécurité étendue pourrait les rendre trop chers.