Que pensez-vous si l’on vous disait que BMW permet à n'importe qui de s'inscrire pour conduire une vraie voiture de course construite en usine. Pour la somme de 2 795 $ (et à condition de se rendre aux États-Unis) vous pouvez vous rendre au Performance Center West de la marque allemande sur le circuit Thermal Club près de Palm Springs pour faire des tours dans une M4 GT4. Et il ne s'agit pas simplement d'une journée de rodage portes ouvertes : c’est une école de conduite d'une journée qui vous permet non seulement de renforcer vos compétences, mais également de vous préparer à conduire la voiture GT4 en toute sécurité. Peu de constructeurs offrent une telle opportunité.

BMW M4 GT4 (F82)

La journée commence par une séance d'information, dans une salle dédiée, où l’on note les différentes approches de conduite d'une M4 routière et de son homologue GT4. Cette dernière n’est pas radicalement différente de la voiture de route mais à certains égards, elle se différencie de manière assez nette. Nous conduirons la F82 GT4 de l’avant-dernière génération, qui partage la transmission biturbo à six et sept rapports à double embrayage en ligne de la voiture de route (l’école vient de prendre livraison de nouvelles M4 GT4 de génération G82, et elles rejoindront le programme dans les mois à venir).

BMW M4 GT4 (F82)

Séance d’échauffement

C'est dans le châssis que les choses diffèrent vraiment. La GT4 pèse environ 272 kilos de moins que la voiture de route et sa configuration de suspension est totalement retravaillée. Naturellement, la voiture de course est également équipée de pneus slicks (donc lisses) et, pour une meilleure répartition du poids, le siège du conducteur est reculé, à peu près dans l'alignement de la lunette arrière. Il n'y a pas de réglage du siège, mais le volant et le pédalier se déplacent vers vous. Un grand aileron arrière et un séparateur avant vous donnent un tout petit peu d'appui, mais les freins AP Racing sont plus importants encore. 

BMW M4 GT4 (F82)

Pour nous mettre dans le rythme de la M4 GT4 de 503 ch, nous avons commencé la journée dans une M2. Notre piste d’échauffement est assez restreinte mais elle est sûre. C'est aussi l'occasion pour les instructeurs de nous observer, de nous coacher sur les meilleures lignes à adopter tout au long du parcours et de nous donner ce dont nous avons besoin pour accéder à la GT4. Ensuite, direction le circuit South Palm pour des tours de suivi dans les M4. Les instructeurs nous montrent à la fois la meilleure façon de parcourir la piste et certaines trajectoires qui fonctionnent mieux dans cette voiture de course. Ce circuit est assez simple, il n’y a pas de gros défis mais il est suffisamment sympathique pour en faire un parcours pédagogique parfait. Seules les deux épingles à cheveux peuvent poser problème.

BMW M4 GT4 (F82)

Pour aller vite il faut savoir utiliser les freins !

Avant le déjeuner, nous nous retrouvons (enfin) nez à nez avec la voiture GT4. Nous apprenons comment monter et descendre de la voiture (ceci est très sérieux) et à quoi servent tous les boutons. Elle est sublime surtout dans cette livrée et comme on peut s'y attendre d'une voiture de course d'usine, tout est installé de manière soignée et ergonomique. Il existe même un système de climatisation directement relié au dossier du siège. En début d’après-midi, la véritable séance peut commencer. La chose la plus intimidante, au début, c’est la position dans le voiture. Bien que ce ne soit pas une monoplace, on peut à peine voir au-delà du capot. Mais les rétroviseurs sont bons, et cela vous donne au moins une idée de l'endroit où se trouvent les côtés de la voiture. Ensuite, il y a l'énorme frisson d'excitation qui accompagne le démarrage du six cylindres en ligne non étouffé.

BMW M4 GT4 (F82)

Basé sur une unité de voiture de route, il s'agit d'un moteur très convivial, qui se contente de tourner au ralenti sans surchauffe et qui délivre une puissance douce. Contrairement aux voitures de course qui utilisent de véritables boîtes de vitesses séquentielles (qui sont en réalité juste des boîtes de vitesses manuelles avec changement de vitesse à commande pneumatique) la M4 GT4 utilise une transmission de voiture de route, il n'y a donc pas de pédale d'embrayage et les changements de vitesse sont parfaitement fluides. La direction est également incroyablement légère, presque à un degré effrayant, il est donc très facile de faire descendre la voiture dans les stands.

BMW M4 GT4 (F82)

Le plus délicat, ce sont les freins. Ils ne sont pas assistés, ce qui offre une bien meilleure sensation de pédale, mais vous devez les piétiner pour les utiliser à leur plein potentiel. BMW a en fait programmé le tableau de bord numérique pour afficher la pression de freinage. Vous devez exercer environ 80 bars de force pour atteindre le seuil de verrouillage, et c'est bien plus dur que vous ne le pensez. Il faut littéralement appuyer de toutes ses forces dans la pédale pour obtenir ne serait-ce que 70 bars. 

BMW M4 GT4 (F82)

J'avais déjà entendu dire que le plus gros ajustement avec une vraie voiture de course était le freinage et c’est tellement vrai avec la M4 GT4, à la fois par la force avec laquelle vous appuyez sur la pédale et par la rapidité avec laquelle la voiture s'arrête. Sans forcer, la GT4 tourne aussi vite que la nouvelle M4, et il y a fort à parier qu'une grande partie du temps perdu était dû à la qualité du freinage de celui qui vous écrit. Même en appuyant aussi fort que possible, l'ABS ne s’est déclenché qu’une seule fois et brièvement. 

Quel verdict ?

D’après un instructeur, la GT4 est environ sept secondes au tour plus rapide que la version classique sur ce circuit de 3116 mètres de long. Ce qui est plus remarquable, c'est que tout ce temps vient du freinage et de la vitesse dans les virages car la GT4 n'est pas beaucoup plus rapide que la voiture de route, en ligne droite, voire pas du tout. Ceci est révélateur des différences extrêmes entre la route et la voiture de course. La nouvelle M4 a une adhérence remarquable, en particulier dans les virages, mais il n'y a pas de comparaison possible avec la voiture GT4 sur ses larges slicks Continental. Vous tournez à une vitesse similaire à celle de la voiture de route, puis vous réalisez que la voiture de course a bien plus à donner et elle n’est pas si difficile à maîtriser.

BMW M4 GT4 (F82)

Bien que cette initiative soit louable, peu d'entre nous sont près à dépenser 3 000 $  pour une expérience comme celle-ci, sans parler du coût pour se rendre à Palm Springs et y séjourner lorsque l’on vient d’Europe. Et pourtant, il n'existe pas de moyen plus abordable de découvrir une voiture de course d'usine pour une douzaine de tours. Après avoir goûté à cette expérience, on en veut encore plus et BMW propose bien entendu une demi-journée (voir une journée complète) avec la voiture GT4, sous forme de séances de coaching privé. Ce n'est pas fou mais plutôt très avisé. 

Galerie: BMW M4 GT4 (F82)