Une GTI comme on n'en fait plus.

En 2015, Toyota annonça son retour en Championnat du monde FIA des rallyes après 17 années d’absence. Au même moment, une petite équipe est chargée de développer une version route, inspirée de la Yaris WRC. Après seulement 18 mois de gestation, la Toyota Yaris GRMN vit le jour, et nous sommes allés à sa rencontre en Espagne dans la région de Barcelone.

Lire aussi:

Toyota Yaris GRMN
Toyota Yaris GRMN

Un style bien à elle

La Toyota Yaris GRMN est directement inspirée de la Yaris WRC. Elle est certes moins radicale dans son look et dans son comportement, mais les gènes de la version de rallye sont bien là. La Toyota Yaris GRMN est une trois portes, habillée d’une robe blanche et de quelques autocollants aux couleurs de Toyota Gazoo Racing. Par rapport à une Toyota Yaris traditionnelle, la Yaris GRMN a été rabaissée de 24 mm afin d’offrir un aspect plus sportif et un meilleur comportement routier.

Toyota Yaris GRMN
Toyota Yaris GRMN

La couleur blanche est contrastée par des éléments noirs comme les coques de rétroviseur, la calandre béante en nid d’abeilles ou encore, les jantes BBS de 17’’. L’arrière de la Yaris GRMN se veut agressif ; Gazoo Racing a greffé un spoiler noir à l’arrière ainsi qu’un extracteur d’air et une sortie d’échappement centrale. L’exercice de style est plutôt réussi, la Toyota Yaris GRMN est une sorte d’OVNI car elle ne ressemble à aucune autre sportive du segment B.

En regardant plus attentivement la face arrière, une image nous vient rapidement en tête. Avec ces feux et ces dents latéraux, l’arrière de la Yaris GRMN nous rappelle un personnage du célèbre jeu Mario Bros : Goomba.

Plus sérieusement, le style de la Yaris GRMN peut rebuter certaines personnes. Bien entendu, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais il faut avouer tout de même que l’exercice de style est plutôt concluant.

Un intérieur ordinaire

L'habitacle de la Toyota Yaris GRMN n’est sans doute pas le plus plaisant à regarder. C’est un habitacle qui est somme toute assez banal, il manque cruellement de charme bien que le soin apporté aux détails soit très correct. Cet habitacle semble décalé du temps, il rappelle les GTI que l’on pouvait conduire à la fin des années 2000.

2018 Toyota Yaris GRMN

Toyota Gazoo Racing ne s’est certainement pas trop préoccupé du style et du design intérieur de la Toyota Yaris GRMN. Le département sportif souhaite avant tout jouer la carte de l’efficacité. À ce titre, les ingénieurs de Toyota Gazoo Racing ont greffé deux sièges-baquets habillés d’Ultrasuede. Ces sièges sont excellents et offrent un très bon maintien. De plus, ces sièges créés par Toyota Boshoku offrent un confort assez remarquable pour une sportive de ce pedigree. Lors de notre essai sur route ouverte, nous n’avons pas eu à nous plaindre une seule fois du confort des sièges, bien au contraire !

Les sièges ne sont pas la seule amélioration puisque Gazoo Racing a également implanté le volant de la Toyota GT86. Ce volant donne certes un aspect plus sportif à la Yaris GRMN, mais on regrette la disposition des boutons. En effet, sur circuit, nous avons quelques fois appuyé malencontreusement sur le bouton de la radio…

2018 Toyota Yaris GRMN
2018 Toyota Yaris GRMN

Comme pour rappeler que nous sommes au volant d’une Toyota Yaris GRMN, on retrouve le logo GR sur le volant, sur le compte-tours ainsi que sur le bouton de démarrage. Enfin, les pédales de freinage et d’embrayage sont en aluminium, on retrouve d’ailleurs ce même insert au niveau du levier de vitesses.

Globalement, l’habitacle de la Yaris GRMN est bon. Malheureusement, une fois à bord, nous n’avons vraiment pas l’impression de conduire une sportive tant cet habitacle est quelconque. De plus, la position de conduite est haute et la ceinture de caisse assez basse, ce qui n’est franchement pas commun pour une sportive.

Fort heureusement, le son de l’échappement est là pour nous rappeler que nous avons 212 ch sous la main. La Toyota Yaris GRMN chante incroyablement bien et ce, sans user d’artifice en simulant un faux son d’échappement à la sortie des haut-parleurs. La sonorité du moteur est très présente mais jamais intrusive. À bas régime, le moteur ronronne tandis que les échappements parviennent à contenir leur rage. En revanche, lorsque l’on s’acharne sur l’accélérateur, la ligne d’échappement se réveille pour notre plus grand bonheur: que cette ligne est plaisante à entendre ! 

Toyota Yaris GRMN

Un comportement exemplaire 

Une pression sur le bouton "Engine Start" et le moteur 1,8 litre compressé se réveille. Ce bloc a été conçu par les ingénieurs de Toyota en Angleterre avec la complicité de Lotus. On retrouve d’ailleurs sensiblement le même bloc sous le capot d’une certaine Lotus Elise.

La Toyota Yaris GRMN n’a pas de turbo et c’est d’ailleurs ce qui fait toute la différence. Certes, il n’y a pas cet effet coup de pied à la sollicitation de l’accélérateur car le couple ne vient qu’un peu plus tard. Mais lorsque l’on se rapproche des 4000 tr/min, la Toyota Yaris GRMN rugit de toutes ses forces et accélère remarquablement bien. La plage d’utilisation est assez large puisque le moteur grimpe à plus de 6500 tr/min, c’est d’ailleurs dans cette zone-là que la Toyota Yaris GRMN devient plus délicieuse à conduire.

Toyota Yaris GRMN
Toyota Yaris GRMN

Pour passer de 0 à 100 km/h, la Toyota Yaris GRMN ne réclame que 6,4 secondes. La petite Nippone peut même pointer à 235 km/h, cette vitesse étant limitée électroniquement. Dans sa catégorie, la Yaris GRMN est celle qui parvient à boucler l’exercice du 0 à 100 km/h le plus vite. Mais cela ne ressent pas forcément au volant car la différence de temps est minime (6,6 secondes pour la Renault Clio R.S. Trophy et Peugeot 208 GTI by PS).

Lire aussi:

Contrairement à la Renault Clio 4 R.S. Trophy par exemple, la Toyota Yaris GRMN est équipée d’un différentiel à glissement limité Torsen. Ce différentiel parvient parfaitement bien à envoyer et à gérer les 250 Nm de couple (à 4800 tr/min) aux roues avant. D’autant plus que la boîte de vitesses manuelle à six rapports fait parfaitement bien son travail, elle n’accroche pas du tout et est redoutablement efficace.  

Toyota Yaris GRMN
Toyota Yaris GRMN

Le train avant est rivé au sol, ce qui n’est pas le cas du train arrière qui est joueur à souhait. Sur circuit, la Toyota Yaris GRMN s’est montrée très agile et extrêmement joueuse. Le train avant se place bien, la direction est incisive (bien que le ressenti soit un poil souple) tandis que le train arrière n’a qu’une seule envie : passer à l’avant ! La Toyota Yaris GRMN est très attachante sur circuit et nous avons pris beaucoup de plaisir à son volant. Les étriers de frein à quatre pistons et les disques ventilés sont très efficaces. Ils n’ont montré aucun signe de faiblesse que ce soit sur route ou sur circuit. Les suspensions Sachs sont fermes sans pour autant verser dans l’excès. Ils parviennent parfaitement bien à absorber les irrégularités de la route et à gérer les transferts de masse en conduite sur circuit. Le réglage de ces derniers est excellent, les propriétaires qui souhaiteraient conserver un minime de confort et un maximum d’efficacité seront servis !

Toyota Yaris GRMN

Finalement, la seule critique que nous avons à faire concerne son prix excessivement élevé. En effet, la Toyota Yaris GRMN n’est produite qu’à 600 unités, 400 exemplaires sont réservés pour l’Europe et 200 exemplaires pour le Japon. Pour cette première GRMN, Toyota facture sa petite Yaris à 30'700 euros, soit un peu plus qu’une Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport (29'750 euros) ou une Renault Clio R.S. Trophy (29'900 euros). Cependant, la Toyota Yaris GRMN est soumise au malus écologique qui s’élève - accrochez-vous bien - à 6700 euros ! Au final, la Toyota Yaris GRMN coûte plus de 37'000 euros, ce qui est trop cher pour une sportive de ce gabarit.

Peu importe pour Toyota puisque les 600 unités ont été vendues en moins de 72 heures ! Il n’y a donc plus de Toyota Yaris GRMN à vendre… la petite Nipponne risque de devenir un collector.  

Conclusion

La Toyota Yaris GRMN est une voiture à l’état naturel. Il n’y a pas de "chichi" pour flatter l'ego du conducteur et de ses passagers. Cependant, la Toyota Yaris GRMN est redoutablement efficace et se montre très amusante à conduire. C'est une pistarde qui est aussi bien adaptée sur circuit que sur route. 

Son style ne laisse personne indifférent, on aime ou pas, cela dépend bien évidemment des goûts de chacun. Ce qui est certain, c'est qu'aucune autre voiture ne lui ressemble, ce style lui est propre et ne tombe pas dans l'excès et l'extravagance. 

Bien que ce ne soit pas une supercar, elle est très attachante et on prend plaisir à enchaîner les tours de circuit. Son poids plume permet au conducteur-pilote de placer la voiture là où il le souhaite, et d'improviser des figures. 

Malheureusement son tarif et le malus écologique appliqué nous rappellent à la réalité. Elle est excessivement coûteuse, ce qui n'a pas empêché une vingtaine de clients français de signer le bon de commande. Les 600 exemplaires prévus par Toyota pour le monde ont déjà tous été vendus ! 

 
Points positifs Points négatifs
Son comportement aussi bien sur route que sur circuit  Sa position de conduite
Son allonge  Son habitacle
Sa vocalise rauque et naturelle Son prix et son malus
 
Motorisation 1,8 litre Dual VVT-i à compresseur
Puissance 212 ch / 250 Nm
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 6,4 secondes
Vitesse de pointe 230 km/h
Poids 1135 kg
Places 4
Economie de carburant Urbain : 10,6 l/100 km / Extra-urbain : 5,7 l/100 km / Mixte : 7,5 l/100 km
En vente 2017
Prix de la version testée 30'700 euros