Essai Toyota C-HR - Objet roulant non identifié

Présenté sous la forme d'un concept-car au Mondial de l'Automobile de Paris 2014, le nouveau Toyota C-HR (pour Coupé High-Rider) débarque désormais dans la gamme Toyota, et s'affirme comme un véritable outsider sur le marché, à mi-chemin entre un coupé et un SUV. Si sa compacité peut offrir une alternative intéressante aux petits SUV urbains comme le Nissan Juke, ses dimensions le placent en réalité sur le segment supérieur, où la concurrence est nombreuse et féroce.

Lire aussi :

Le C-HR s'adresse à une clientèle à la recherche de différentiation : si le design est un critère fort, la présence d'une motorisation hybride empruntée à la Toyota Prius mérite que l'on s'intéresse à ce modèle sortant de l'ordinaire : une alliance entre un bloc essence 1,8 litre VVT-i et un moteur électrique, développant au total 122 chevaux. Et c'est précisément celle-ci que nous avons choisi d'essayer !

Un design extérieur atypique

Avec son look de concept-car, le Toyota C-HR semble être tout droit sorti d'un film de science-fiction : il se distingue par une face avant affirmée, des lignes sculptées et des ailes musclées, ainsi qu'une ceinture de caisse haute, dont la ligne remonte encore plus au niveau des portes arrière pour rejoindre la ligne de toit, réduisant malheureusement la visibilité vers l'extérieur. Les poignées de portes à l'arrière sont d'ailleurs intégrées sur ce montant, un choix atypique mais plus forcément très original.

Pour le ...