Essai Toyota GT86 (2017) - Plus affûtée mais...

À première vue, quand nous regardons attentivement le catalogue de la gamme Toyota, on se demande clairement ce que vient faire une sportive "pure et dure" dans l'âme au milieu de toutes ces voitures hybrides et respectueuses de l'environnement. Pourtant, la Toyota GT86 n'a rien d'une étrangère dans la gamme. Elle fait référence au coupé Corolla Levin (nom de code AE86) des années 80. Elle s’inspire également de deux autres icônes de la marque nipponne : la Toyota S800 et la 2000 GT. Cette dernière est notamment connue pour avoir transporté James Bond en 1967.

Mais la référence au chiffre 86 ne s'arrête pas là. Le code interne du projet était 086A. Ce nombre fait aussi référence au rapport carré alésage-course de 86 mm x 86 mm du moteur à plat, une géométrie idéale qui reste fidèle à la tradition des moteurs sportifs 2,0 litres du constructeur. Le quatre cylindres en ligne de la Celica et de la MR partage avec la Toyota GT86 le rapport carré de 86 millimètres. Et jusqu’au diamètre intérieur des sorties d’échappement chromées de la GT86, qui mesure exactement 86 millimètres.

Toyota GT86 (2017)

Léger repoudrage

Ce restylage est avant tout cosmétique. Il a pour but d'apporter un peu d'air frais à une voiture qui vieillit plutôt bien, aux lignes quasi intemporelles. Quoi qu'il en soit, la Toyota GT86 restylée reçoit de nouveaux projecteurs full LED avec clignotants intégrés, une signature lumineuse différente pour les optiques arrière, des boucliers revus et de nouvelles jantes en alliage.

Vous l'...