La version break, modèle unique, sera d'ailleurs présentée à cette occasion !

Présent officiellement à Rétromobile, Porsche fera un hommage à sa GT des années 1980 en lui offrant une exposition, avec notamment la 928 break de Ferry Porsche. Présenté en vert foncé, la couleur préférée de Ferry, et allongé de 25 cm, ce modèle sera sur le stand Porsche lors du salon de la voiture ancienne, à partir du 8 février. Elle lui fut offerte par l’usine Porsche pour ses 75 ans, en septembre 1984.

1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928

La 928 classique, elle, reste un modèle important pour la marque allemande. Au cours des années 1970, Porsche doit faire face à deux problèmes complexes. Le premier, comme pour l’ensemble des constructeurs de l’époque, est celui du crash pétrolier de 1973, puis de 1975. Pas simple, pour un constructeur sportif, de devoir envisager des consommations moindres, le prix du pétrole s’envolant.

1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928

Ensuite, la marque allemande doit faire face à un second souci. Celui des ventes de la 911, moins solides que par le passé. C’est ainsi que la firme de Zuffenhausen se retrouver face à cruel problème : celui du renouvellement de ses autos. La 928 commence alors à poindre.

Lire aussi:

18 années de carrière

L’idée est de lancer cette nouvelle gamme des Porsche à moteur avant, les fameuses PMA. La 924, elle se veut l’entrée de gamme. Pour la 928, c’est tout l’inverse. Plus large, plus grande, plus puissante, elle semble être, avec son V8 de 4,5 litres, la GT par excellence. Une voiture qui reçoit une puissance de 240 chevaux. Elle sera bien reçue en dépit de son originalité. Sortie en 1977, elle se voit décerner, en 1978, le titre de voiture de l’année.

1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928
1977 - Porsche 928

Le châssis, lui, se veut confortable, avec une nouvelle suspension dite "essieu Weissach", avec ressort hélicoïdaux intégrés aux amortisseurs, et une barre antiroulis sur chaque essieu. La 928 est ainsi clairement prête pour s’attaquer au marché américain, d’autant qu’elle s’offre une ligne qui sort de l’ordinaire, et qui, en 1995, la dernière année de sa commercialisation, est encore loin d’être dépassée.  

Elle sera ainsi l’objet de belles évolutions, à l’image de la 928 S en 1979 (300 ch), 928 S4 en 1987 (V8 5 litres 320 ch), 928 GT (330 ch) et 928 Clubsport en 1989, 928 GTS en 1991 (5,4 l de 350 ch). Au total, en 18 ans de carrière, la 928 sera vendue à 61 448 unités dont 1 940 pour le marché français. Pas mal pour cette auto qui reste aujourd’hui, une référence du GT des années 1980.

Lire aussi:

1977 - Porsche 928