Après Volkswagen, au tour de Mercedes et Smart ?

Le mardi 23 mai 2017, le parquet de Stuttgart a lancé une opération de grande envergure. En effet, 230 personnes ont été mobilisées par le parquet dans le but de perquisitionner les bureaux de Berlin, Basse-Saxe, Saxe et Bade-Wurtemberg du groupe Daimler.

La maison-mère de Mercedes-Benz et Smart est soupçonnée d’avoir manipulé les émissions de ses moteurs diesel. De plus, le groupe Daimler est soupçonné d’avoir réalisé des publicités mensongères. Cette présumé "tricherie" a été soufflée par un ancien salarié du groupe aux autorités allemandes.

Pour le moment, les faits n’ont pas été prouvés par les autorités et Daimler ne souhaite pas trop communiquer autour de ces prétendues falsifications. Le groupe affirme néanmoins qu’il collabore avec les autorités afin de tirer cette affaire au clair.

Lire aussi:

Aux États-Unis, Mercedes-Benz est sous le coup d’une enquête fédérale qui a poussé le constructeur à stopper l’importation des véhicules Bluetec diesel. Par ailleurs, le constructeur à l’étoile annonce ne plus vendre de voiture diesel sur le sol américain en 2017 voire même en 2018. La météo est donc très grise pour Mercedes, qui n'a pour le moment pas constitué une provision pour payer d'éventuelles amendes. Bien au contraire, Daimler a annoncé en début de semaine l'investissement d'un milliard d'euros dans la construction d'usine de production de batteries.

Après Volkswagen, c’est donc au tour d’un autre constructeur allemand de passer un "mauvais quart d’heure". Le groupe devra montrer patte-blanche afin que l’étoile puisse continuer à briller.

Source: Reteurs

Faites partie de quelque chose de grand