Elle n'a connu qu'un seul propriétaire et n'affiche que 11'935 kilomètres au compteur.

À l'occasion d'une vente aux enchères tenue à l'hôtel Drouot et organisée par la maison Leclere Motorcars le 22 octobre dernier, une vente peu banale a retenu notre attention. Une vente qui, au total, a atteint 1,05 million d'euros, auxquels 170'000 euros ont été enregistrés grâce à la vente exceptionnelle d'une Renault 5 Turbo "Cévennes" de 1982. L'acheteur est un étranger qui n'était même pas présent physiquement lors de la vente, l'intégralité de ses enchères ont été menées par téléphone. La voiture était estimée entre 140'000 et 220'000 euros.

Lire aussi :

La voiture proposée à la vente est une première main dites "compétition client". Son propriétaire est allé la chercher au sein de l'usine de Flins en 1982. Il s'agit de l'une des deux R5 Turbo "Cévennes" parrainée par Radiola, qui fut régulièrement utilisée en compétition. Elle possède d'ailleurs un palmarès intéressant avec une cinquième place au Tour de Corse 1986, derrière un certain Jean Ragnotti. Celle-ci a même fait l’objet d’une miniature au 1/18 chez Universal Hobbies. La maison d'enchères a précisé que la voiture était en parfait état pour une auto utilisée régulièrement en compétition. Il faut dire que son précédent propriétaire l'entretenait très régulièrement.

Renault 5 Turbo
Renault 5 Turbo

Après une première mondiale qui a lieu à Bruxelles, au mois de janvier 1980, l'année suivante Renault décline une version compétition client, baptisée Cévennes en souvenir de la seconde place de Jean Ragnotti dans cette épreuve en 1980. Il s'agit d'une Groupe 4 développant 200 chevaux et 28 mkg de couple au lieu des 160 chevaux et des 21,4 mkg de couple de la version "classique". Elle pèse également 20 kilos de moins que le modèle de série. Renault Sport a même développé un peu plus tard un kit "Cévennes" de 185 chevaux à monter sur la version de série.

Elle est équipée d'un quatre cylindres cubant à 1397 cm3 (celui de la Renault 5 Alpine). Il comprend une culasse remaniée et dotée d'arbre à cames et d’un vilebrequin revus. Le bloc est également constitué d'un turbo Garrett T3 entraîné par les gaz d'échappement refroidis par un échangeur air-air. Un système Bosch K-Jetronic s'occupe de l'alimentation par injection. Un embrayage bidisque couplé à une boîte à 5 rapports empruntée à la Renault 30 TS vient distribuer la puissance aux seules roues arrière. L'auto ne pèse seulement que 810 kilos.

Lire aussi :

La version vendue est équipée de freins Groupe 4 AP Racing, d’amortisseurs Bilstein réglables, de triangles renforcés, d'une boîte de vitesses courte avec autobloquant, d’un réservoir souple homologué FIA, d’un faisceau électrique à fils d’argent, de sièges baquets Sparco homologués jusqu’en 2022, de harnais Oreca Turn One homologués jusqu’en 2021, d’un intercom, d’un système extincteur dans l’habitacle et le compartiment moteur, d’un volant Turn One, d’un frein à main hydraulique, de jantes Minilite 7x15 à l’avant et 9x15 à l’arrière chaussées de pneumatiques Michelin TB5F 18/60 R15 à l’avant (usés à seulement 10%) et Michelin TB5R 23/62R15 à l’arrière (usés à seulement 20%).

Source : Leclere Motorcars

Renault 5 Turbo "Cévennes" (1982)