Grand ménage à venir dans les rangs d'Opel !

Le rachat d'Opel par le groupe PSA n'était pas sans risques, tant la marque allemande ne fait que perdre de l'argent depuis plusieurs années. Bien qu'elle peine à se reforger une image de qualité, la marque produit récemment des modèles plus qualitatifs qu'elle espère vendre à meilleur prix. Mais Carlos Tavares, PDG du groupe PSA, vise des économies sur les coûts d'exploitation, à commencer par les concessions.

Lire aussi:

Après avoir imprimé une nouvelle stratégie sur les autres marques du groupe, en gérant notamment la scission entre Citroën et DS, Tavares a assuré qu'il en serait de même pour Opel et qu'il ne prendrait aucune décision radicale en termes de licenciements ou de fermetures d'usine d'ici à 2020. En revanche, sa réflexion va porter sur les concessions Opel, dont le réseau risque d'être grandement bouleversé.

Après avoir proposé un plan de départs volontaires en Allemagne, ainsi qu'aux employés de Vauxhall au Royaume-Uni, le PDG du groupe va diminuer drastiquement le nombre de concessions en envoyant, au travers de l'Europe, un préavis de fin de contrat à 1600 d'entre elles. Ce préavis court sur deux ans, deux années durant lesquelles elles devront enregistrer les meilleurs résultats possibles afin de se démarquer des autres.

Voir aussi:

Au terme de ce préavis, approximativement 1000 d'entre elles verront leur contrat renouvelé, tandis que le tiers restant, moins performant, perdra le droit d'exploitation de la marque Opel, ou Vauxhall outre-Manche. Outre les résultats bruts, le bilan s'effectuera aussi sur la satisfaction de la clientèle ainsi que sur la vente d'utilitaires, nouvel eldorado du constructeur.