Trop basique, elle n'a pas connu le succès escompté.

La voiture la moins chère du monde, la Tata Nano, disparaît pour de bon, près de 10 ans après sa présentation qui n'était pas passée inaperçue. Au début de l'aventure, le constructeur indien la vendait à un prix dérisoire avoisinant les 2000 dollars. Néanmoins, le tarif n'a pas pu être maintenu à un niveau si bas pendant bien longtemps, notamment à cause de la hausse des cours de certaines matières premières. Les évolutions de la voiture et un certain embourgeoisement ont également alourdit la facture. La Nano GenX, version plus aboutie lancée en 2015, coûtait ainsi près de 3500 dollars. Elle était par exemple équipée d'une direction à assistance électrique, d'une climatisation, d'un système bluetooth et d'une boîte de vitesses pilotée.

Lire aussi :

Mais l'échec de ce modèle, dont les ventes ont largement décliné au fil des années, tient peut-être à autre chose. En effet, plus que le prix, qui restait de toute façon attractif, c'est le positionnement même de la Nano qui semble être à l'origine de sa disgrâce. Trop basique, pas assez sûre, elle ne répondait probablement pas aux attentes de la clientèle visée, qui aspirait à trouver un véhicule plus abouti en dépit de moyens financiers limités.

En juin 2018, le constructeur Tata n'a produit qu'une seule Nano, contre 275 en juin 2017. Ce chiffre montre bien que l'histoire est sur le point de s'arrêter, ce que Tata a du reste confirmé en concédant que la voiture dans sa forme actuelle ne pourrait continuer au-delà de 2019.

Source : Automotive News