Selon le Ministre de l'Intérieur, près de 60 % des radars ont été neutralisés.

Le mouvement des Gilets jaunes a entraîné la dégradation d'un bon nombre de radars routiers. Si vous prenez régulièrement le volant, vous avez sans doute remarqué que les radars fixes ont été détruits, incendiés ou tagués par ses détracteurs. Jusqu'à présent, le gouvernement avait refusé d'indiquer le nombre de radars qui ont été mis hors d'usage au cours des dernières semaines. 

Cependant, Christophe Castaner, le Ministre de l’Intérieur, vient de déclarer que près de 60 % des radars automatiques en France ont été attaqués :

"Près de 60 % des radars aujourd'hui ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent de ce mouvement-là."

En France, selon la carte des radars de la Sécurité routière, on ne compte pas moins de 3258 radars fixes. Ainsi, avec près de 60 % des radars neutralisés, nous pouvons dire qu'un peu moins de 2000 radars fixes ont été mis hors service. Ainsi, les radars ont certainement moins flashé à la fin de l'année 2018 et en ce début de l'année 2019, le montant des recettes réalisées par ces radars devrait donc baisser. Il reste maintenant à connaître la mortalité sur nos routes concernant le mois de décembre 2018. Si la Sécurité routière annonce en ce mois de janvier que la mortalité a baissé, alors qu'au même moment, près de 60 % des radars ont été neutralisés, cela voudrait dire qu'il n'y a pas de relation de cause à effet directe entre les flashs des radars automatiques et la mortalité routière.

Le gouvernement va bien entendu réparer tous les radars afin que ces derniers puissent reprendre du service. En 2017, selon la Cour des comptes, ces cabines ont rapporté 1,01 milliard d'euros aux caisses de l'État.

 
Source: Capital