Repoussé en janvier pour cause de "Gilets Jaunes", il arrive cet été !

Le contrôle technique, c'est le passage obligatoire pour chaque voiture et chaque automobiliste. Et alors qu'il avait déjà subit une réforme l'an dernier, en mai 2018, le voici qui s'apprête à se durcir encore un peu plus. En réalité, il aurait déjà dû être durci en janvier dernier. Mais en raison de la grogne sociale et notamment des gilets jaunes, la mesure a été repoussée au 1er juillet 2019. Et cette fois-ci, on ne devrait pas y couper ! À l'approche de la mise en œuvre effective de ce contrôle technique renforcé, voici ce qui vous/nous attend.

Normes plus sévères pour les diesel

Le nouveau durcissement du contrôle technique vise surtout les véhicules roulant au gazole. Le but étant de vérifier qu'ils ne polluent pas plus qu'ils ne polluaient à leur sortie d'usine. Les normes deviennent donc plus sévères, les seuils s'abaissent. En réalité, c'est la "valeur plaquée", celle figurant sur l'autocollant sous le capot, qui fixera le seuil à ne pas dépasser. Le contrôleur lui devra également accélérer plus franchement pour tester les émissions de la voiture. Gare aux véhicules encrassés et qui roulent peu ! Actuellement, la pollution représente moins de 1% des diesels qui ne réussissent pas le contrôle technique. Un chiffre qui pourrait monter à 5 %, voire 7 %.

Un prix plus élevé

Autre changement avec ces nouvelles normes voulues pour le contrôle technique, les prix qui augmentent. La raison est simple : pour faire passer ces nouveaux tests et répondre aux nouvelles exigences, les sociétés qui font passer le contrôle technique automobile ont du se doter de nouvelles machines. On estime également que le contrôle en lui même devrait durer près de 15 minutes supplémentaires.