La marque et le groupe dominent ce classement.

Seul constructeur à passer sous la barre des 100 g/km de rejet de CO2 en 2018, Toyota a enfoncé le clou l'année dernière et a encore réduit ses émissions, grâce à une arrivée toujours plus massive de l'hybride dans sa gamme. La marque japonaise garde donc le titre de constructeur le moins polluant d'Europe avec 97,5 g/km de CO2 rejeté, soit un réduction de 2,3 g/km. Les modèles hybrides sont évidemment au cœur de ce statut puisque 60 % des ventes totales de la marque en 2019 ont été sur cette technologie.

L'analyste de JATO Dynamics, Felipe Munoz, note le placement à part de Toyota sur le marché, qui ne vend aucun véhicule électrique et prévoit l'arrivée de plusieurs modèles 'zéro émission', mais seulement dans quelques années : "Le cas de Toyota est pertinent, surtout si l'on considère qu'ils n'offrent pas de voiture entièrement électriques, mais qu'ils sont toujours mieux placés que leurs rivaux européens qui ont des plans d'électrification plus avancés que leurs produits actuels."

Le groupe PSA place de nouveau deux de ses constructeurs sur le podium, Citroën devançant cette fois Peugeot. La marque aux chevrons a réduit ses émissions de 1,7 point pour atteindre 106,4 g/km, tandis que le Lion est à 108,2 (+ 0,3). Sur le marché plus large des groupes automobiles, Toyota est également devant PSA. Ce dernier est notamment pénalisé par Opel, toujours à 124,9 g/km de CO2, et affiche une moyenne d'ensemble de 113,3 g/km, contre 99 g/km pour le groupe Toyota, dont l'autre marque Lexus offre majoritairement des motorisations hybrides.

Outre Toyota, Citroën et Opel, la seule marque à afficher une diminution de ses émissions polluantes moyennes est BMW, qui partait de plus loin et ne descend qu'à 129 g/km de CO2 rejeté. Chez les Français, Renault est quatrième avec 113,3 g/km, juste devant son allié Nissan. Le groupe Renault est d'ailleurs sous le seuil européen, contrairement aux groupes Kia et Volkswagen, qui s'affichent respectivement à 124,2 et 123,6 g/km d'émissions de CO2. Comme l'an dernier, sur ce classement des 20 constructeurs ayant les plus gros volumes de vente, c'est Mercedes qui occupe la dernière place, et assez nettement, avec 140,9 g/km de CO2 rejeté en moyenne.

Le fait que 16 des 20 constructeurs affichent un bilan à la hausse est dû à la vente de SUV, qui représentent le segment le plus polluant avec une moyenne de 131,5 g/km de CO2 rejeté. C'est autant que le segment des berlines de luxe (131 g/km), dont le volume est toutefois bien plus limité. À titre de comparaison, les citadines rejettent en moyenne 107,7 g/km, les compactes 115,3 et les berlines normales 117,9.

Source: JATO Dynamics