Suite au départ de Stefano Domenicali, l'Allemand revient à la tête de la marque qu'il a dirigée de 2005 à 2016.

C'était dans l'air du temps depuis quelques jours, c'est maintenant officiel, Stephan Winkelmann, le patron de Bugatti, revient à la maison et remplace Stefano Domenicali à la tête de Lamborghini. Ce dernier a quitté ses fonctions pour revenir en Formule 1 dès janvier prochain, et ainsi prendre les rênes de Formula One Group à la place de Chase Carey.

Avant l'officialisation de Stephan Winkelmann, trois noms étaient ressortis, dont celui de Jörg Astalosch, l'actuel responsable d'Italdesign mais dont le nom est pressenti pour devenir le Directeur administratif et financier de Škoda dès 2021. C'est finalement l'Allemand qui revient du côté de Sant'Agata Bolognese, quatre ans après avoir quitté la marque. Une marque qu'il a dirigée avec succès de 2005 à 2016.

Rappelons que l'ère Winkelmann chez Lamborghini, c'est un peu la renaissance pour la marque au Taureau. Depuis quelques années maintenant, l'entreprise enchaîne les records de ventes et ses immatriculations ont considérablement augmenté depuis 2018 et le lancement du Lamborghini Urus, un produit que Stephan Winkelmann voulait absolument dans la gamme du constructeur italien pour pérenniser les ventes à plus ou moins long terme.

Après avoir quitté Lamborghini en 2016, Stephan Winkelmann n'a pas directement pris les rênes de Bugatti. Il a dirigé Audi Sport pendant deux ans avant de prendre la tête de la firme de Molsheim en janvier 2018. Il restera d'ailleurs à la tête de Bugatti pendant son nouveau mandat chez Lamborghini.

Et Stephan Winkelmann ne risque pas de chômer en dirigeant ces deux constructeurs puisque le groupe Volkswagen semble décidé à lancer les grandes manœuvres concernant ses deux marques sportives. L'entreprise allemande réfléchie à l'avenir de certaines marques du groupe, à commencer par Bugatti, qui pourrait être "céder" en quelque sorte à une autre marque ou un autre groupe. Certaines rumeurs évoquent notamment une cession au constructeur de supercar électrique croate Rimac, dont Porsche, membre du groupe Volkswagen pour rappel, est actionnaire à hauteur de 15,5 % pour l'instant.

Herbert Diess, le patron du groupe Volkswagen a également confirmé réfléchir sur l'avenir de ses marques italiennes, à savoir Lamborghini, Ducati et ItalDesign. Pour autant, ces trois marques ne devraient pas être vendues puisque le groupe réfléchirait plutôt à créer une sorte de "pôle italien" afin d'introniser cette structure en Bourse à l'avenir. Le groupe Volkswagen garderait cependant la majorité des parts.