Au sein d'un pays en proie à une grave crise économique, ce SUV neuf et plutôt accessible pourrait séduire quelques clients.

Le marché automobile ne se porte pas bien, notamment en Europe, en raison de la pandémie. Cependant, il y a des pays où la crise économique résultant du coronavirus s'est ajoutée à d'autres problèmes. C'est le cas par exemple de la Tunisie où, en raison d'importantes taxes à l'importation, il devient de plus en plus difficile d'acheter une voiture, même d'occasion, pour la majeure partie de la population.

Crise économique, politique et financière : ce pourrait être un résumé de ce que la Tunisie a traversé au cours des treize dernières années. En substance, en raison de la forte dévaluation de la monnaie tunisienne, le pouvoir d'achat des citoyens a été divisé par deux. Pour aggraver les choses, comme nous l'avons indiqué un peu plus haut, les taxes sur l'importation de véhicules sont extrêmement élevées. Et avec un salaire moyen de 640 dinars tunisiens (soit environ 220 euros), rares sont les Tunisiens à pouvoir s'offrir une voiture.

La Tunisie ne dispose pas d'une industrie automobile aussi développée que celle des pays européens, le pays est donc en quelque sorte dépendant des importations. Le problème, c'est qu'une taxe en entraînant une autre, même les voitures d'occasion les plus abordables peuvent coûter jusqu'à trois années de salaire moyen.

Wallys Iris

Ainsi, dans ce contexte, pour proposer des voitures neuves à des prix plus ou moins accessibles dans le pays, le seul moyen reste de proposer des véhicules fabriqués sur place. C'est ce que vient de faire le constructeur tunisien Wallys, en présentant un nouveau petit SUV, si nous pouvons l'appeler ainsi, dénommé Iris.

Pour l'équivalent d'environ 11'000 euros, il est alors possible d'avoir accès à un SUV compact avec quelques particularités pour minimiser les coûts, comme la présence d'une carrosserie fabriquée en fibre de verre ou encore d'une cellule de sécurité en acier soudée au châssis. Plusieurs versions de la Wallys Iris existent, la plus onéreuse atteignant l'équivalent d'environ 20'000 euros.

Wallys Iris

Au sein de cette version haut de gamme, nous retrouvons quelques équipements intéressants, comme des optiques à LED, des feux antibrouillards, des radars de stationnement, une caméra de recul, des jantes en alliage de 16 pouces et un large choix de couleur. Il en va de même pour l'intérieur, avec un système audio, des sièges en cuir, un accoudoir, et même un système d'info-divertissement.

Sous le capot, pour minimiser les coûts, il n'y a pas de moteur électrique bien entendu, mais un petit bloc thermique trois cylindres 1,2 litre VTi atmosphérique de 82 chevaux d'origine PSA. De quoi mouvoir convenablement ce petit SUV léger de 940 kilos, qui peut tout de même atteindre jusqu'à 158 km/h en vitesse de pointe. Ce véhicule n'a pas vocation à être proposé sur d'autres marchés, et encore moins en Europe, où les normes en matière de sécurité condamneraient d'office ce sympathique petit véhicule.

Galerie: Wallys Iris