La Volkswagen Golf de huitième génération est-elle la dernière Golf de l'histoire ? Il est encore un peu tôt pour tirer un trait définitif sur l'une des voitures les plus vendues au monde, mais la question mérite de se poser au vu de l'évolution des normes environnementales en Europe, et même plus globalement dans le monde.

Comme vous n'êtes sans doute pas sans le savoir, la norme Euro 7, qui arrivera en 2027, devrait sonner le début de la fin des moteurs thermiques, même s'ils ne seront toujours pas interdits. Les nouvelles normes seront si drastiques que les coûts de développement pour homologuer les moteurs thermiques seront trop importants pour les constructeurs, dans un contexte qui plus est où l'électrique prendra bientôt l'avantage.

Une hausse des prix à prévoir ?

C'est tout naturellement que le nouveau patron de Volkswagen, Thomas Schäfer, envisagerait déjà de ne pas renouveler la Golf après la huitième et actuelle génération. Lors d'une interview accordée au magazine Welt, en Allemagne, le dirigeant a évoqué des doutes sur une éventuelle Volkswagen Golf 9, notamment en raison des normes Euro 7.

Selon lui, l’équipement nécessaire et les travaux de mise à niveau des moteurs thermiques seraient tels qu’ils répercuteraient une hausse des prix, de l’ordre de 3000 euros à 5000 euros selon les modèles.

"Pour une petite voiture, ces coûts supplémentaires sont à peine compensables. La mobilité d’entrée de gamme pour les véhicules à combustion sera donc nettement plus chère", a déclaré le patron de Volkswagen. "Nous devons évaluer la pertinence du développement d’un nouveau véhicule qui ne resterait pas sept ou huit ans au catalogue. Cela coûte extrêmement cher. Nous en saurons plus dans douze mois".

ID.3 ou Golf électrique ?

À la sortie de la Volkswagen ID.3, beaucoup pensaient qu'elle serait la Golf du futur. Mais entre problèmes de logiciel et qualité en retrait par rapport à une Golf, l'ID.3 n'a encore rien d'une Golf, et même si les ventes pourraient s'équilibrer entre les deux modèles d'ici les prochaines années, Volkswagen pourrait aussi réfléchir à relancer la Golf électrique.

Actuellement, la Golf est toujours en tête des ventes de voitures neuves en Europe, même si ses volumes chutent. Ils ont été quasiment divisés par deux en l'espace de trois ans (certes la pandémie est passée par là), 205 000 Golf ont été vendues en Europe en 2021 contre un peu plus de 500 000 en 2018 et plus de 400 000 en 2019.

"L’important, ce ne sont pas les parts de marché, c’est d’être rentable. Par le passé, nous avons aussi proposé des produits de niche dans le but de devenir le plus grand constructeur automobile du monde. Aujourd’hui, il s’agit de rendre le système moins complexe", explique Thomas Schäfer. "Pour ce faire, nous avons besoin de modèles de base qui fonctionnent très bien, comme la Coccinelle ou la Golf".

La rentabilité plutôt que le volume, c'est aujourd'hui la stratégie numéro un chez tous les constructeurs à l'heure où la pénurie de composant sévit. Produire moins de voitures, mais des voitures plus chères (donc plus rentables), a même permis à plusieurs marques d'afficher de jolis bénéfices alors que les volumes sont en chute libre.

 

Galerie: Volkswagen Golf 8 (2019)