Le mois dernier, Rupert Stadler, ancien PDG d'Audi, a avoué son implication dans le scandale du Dieselgate afin d'éviter la prison. Aujourd'hui, le tribunal de Munich a rendu son verdict, condamnant Stadler à une amende de plus d'un million d'euros et à une peine d'emprionnement avec sursis (un an et neuf mois).

Lorsque Stadler a reconnu sa responsabilité, il a également accepté de payer une amende que les procureurs souhaitaient voir s'élever à 2 millions d'euros. Toutefois, le juge a décidé qu'il ne devrait payer que 1,1 million d'euros.

Stadler était jugé depuis 2020 pour son rôle dans un scandale apparu en septembre 2015, lorsque l'Agence américaine de protection de l'environnement avait découvert que Volkswagen avait enfreint la loi sur l'air propre (Clean Air Act). L'agence a ensuite mis en cause Audi, en novembre 2016. Le constructeur allemand se servait d'un logiciel pour contourner les tests d'émissions américains sur ses véhicules diesel.

Stadler est le premier membre du conseil d'administration de Volkswagen à être condamné dans le cadre du scandale. Cependant, d'autres employés du groupe ont également été condamnés cette semaine. Les juges ont prononcé des verdicts à l'encontre de Wolfgang Hatz, ancien dirigeant d'Audi, et d'un ingénieur pour leur implication, les condamnant également à des amendes et à des peines avec sursis. Parmi les affaires en cours figurent celles concernant l'ancien patron de VW, Martin Winterkorn, et d'autres anciens cadres.

Le scandale s'est également révélé coûteux pour le groupe Volkswagen, avec des milliards d'euros d'amendes aux États-Unis et dans d'autres pays où ses véhicules défectueux étaient commercialisés. La Corée du Sud a récemment infligé une amende à Audi, BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen pour s'être entendus afin de truquer leurs émissions.

Audi fait tout ce qui est en son pouvoir pour oublier le scandale en se lançant dans l'électrique. Le PDG du groupe VW, Oliver Blume, a récemment déclaré qu'il souhaitait accélérer le développement des véhicules électriques pour la marque, confrontée à de "graves problèmes de logiciels". L'année prochaine, l'entreprise lancera le Q6 E-Tron sur une nouvelle plateforme et sa dernière voiture à moteur thermique en 2025.