Ces dernières années, les passionnés de voitures ont parfois déboursés des sommes complètement folles pour acquérir certaines voitures historiques à leur collection. On peut par exemple citer une Mercedes Coupé 300 SLR Uhlenhaut de 1955 (voir ci dessous) vendue pour 135 millions d’euros en 2022, ce qui en fait la voiture la plus chère de l’histoire.

Galerie: Mercedes 300 SLR Uhlenhaut Coupé

Mais parfois, les acheteurs sont aussi prêt à payer des prix exorbitants pour de "simples tas de ferrailles" et le dernier en date peut faire sourire. À Pebble Beach, les restes d’une Ferrari 500 Mondial Spider Série 1 de 1954 ont trouvé preneur pour 1,73 million d'euros. On ne peut que s’étonner d’un tel intérêt porté à ce qui est littéralement une épave qui ne reverra pas la route de si tôt. Mais c’est sans compter sur la rareté et l’histoire de ce véhicule…

Une voiture unique

Cette Ferrari 500 Mondial Spider est le deuxième des 13 exemplaires produits à partir du châssis 0404 MD, et fut carrossé par le célèbre designer italien Pininfarina. Le rouge de sa couleur d’origine était le magnifique Rosso Corsa mais on ne le distingue malheureusement plus sur ce qu’il reste de cet exemplaire sorti de Maranello.

ferrari-500-mondial-spider-serie-1-001_2

C’est en avril 1954, que cette Ferrari va participer à sa première course avec Franco Cortese, au volant, qui était le pilote d’usine de la marque italienne et accessoirement le premier à avoir conduit un modèle flanqué du Cheval cabré en compétition (c’était une 125 S). La 500 Mondial fut ensuite exportée aux États-Unis en 1958 et son nouveau propriétaire décida alors de lui retirer son quatre-cylindres en ligne 2.0 pour le remplacer par un V8 américain… de quoi la dénaturer complètement…

ferrari-500-mondial-spider-serie-1-004_2

Deux ans plus tard la voiture est victime d’un crash lors d’une course et fut envahie par les flammes pour devenir la pièce calcinée qu’elle est aujourd’hui.. 

Une seconde vie est-elle possible ?

Pourtant, l’épave de la Ferrari va continuer de changer de mains dans les années 1970 avant d’être vendue à Walter Medlin, un promoteur immobilier, en 1978. Cet homme est d’ailleurs à l’origine de la collection de Ferrari sorties de grange vendue par RM Sotheby’s, en juin dernier (voir ci-dessous), et cette 500 Mondial en faisait partie.

ferrari-rm-vente-collection-2023-01_26

C’est toute cette histoire, peu commune, qui a renforcé l’attractivité de la Ferrari et fait grimper les enchères à ce point mais quant est-il de son avenir ? Peut-elle subir une restauration ? Il est vrai que redonner vie à des véhicules anciens s’avère plus simple que pour les  voitures modernes, du fait de leur conception, bien que restaurer une 500 Mondial n’est pas donné au premier venu.

ca0813-161555_1@2x

Mais rien est impossible d’autant plus que la voiture a été acheté avec des composants, les coins de l’essieu arrière et la boîte de vitesses d’origine. Elle était même accompagné d’un moteur quatre-cylindres en ligne Tipo 119 Lampredi de 3.0, soit le même que celui que l’on retrouve dans la Ferrari 750 Monza (voir la version Spyder ci-dessus). Malgré tout, l’option la plus probable est qu’elle devienne une pièce de musée.

Galerie: Épave de la Ferrari 500 Mondial Spider