Pour les constructeurs automobiles, la route vers la neutralité totale des émissions de CO2, que la plupart des entreprises souhaitent atteindre d'ici 2040, passe par la réduction des émissions par véhicule.

En effet, chaque voiture produite porte une sorte de "charge" d'émissions dans laquelle s'additionnent celles générées pour sa construction, en tenant compte de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, c'est-à-dire de l'origine et du traitement de chaque composant.

Il ne suffit donc pas de rendre neutres en carbone les usines où les véhicules sont assemblés, et il devient important d'obtenir des matières premières à faibles émissions, en particulier les métaux, qui en représentent la majeure partie.

Les trois quarts du poids "en métal"

Bien que se poursuive la recherche sur les matériaux synthétiques pour trouver des substituts au métal, l'acier et l'aluminium restent pour l'instant les matériaux de base irremplaçables pour la partie structurelle des voitures et, surtout, constituent la "part majoritaire" en termes de poids, jusqu'à 70% sur le total, dont 50% pour les structures en acier.

BMW Group, de l'acier produit sans émissions de CO2

Acier produit sans émissions de CO2, BMW Group

C'est pourquoi, afin de réduire de manière significative les émissions par véhicule, il devient essentiel de réduire le "bagage" d'émissions que l'acier et l'aluminium apportent en dot à chaque voiture construite.

La percée dans ce domaine pour les grands constructeurs vient de deux directions distinctes : le recyclage et la fourniture de nouveaux matériaux produits à l'aide de technologies à faible teneur en carbone. Ce dernier point en particulier devient un élément clé des plans de l'industrie, car les matériaux recyclés n'ont pas toujours les propriétés mécaniques nécessaires pour constituer les structures portantes des voitures tout en respectant les normes de sécurité.

Des constructeurs comme Audi, BMW, Mercedes, Nissan et Volvo ont annoncé ces deux dernières années d'importants accords avec des start-up et des entreprises métallurgiques engagées dans la recherche de méthodes de production qui réduisent, voire éliminent, les émissions dans le traitement des métaux, c'est-à-dire dans la fusion et la transformation des minerais métalliques en profilés et en produits laminés de base.

Acier produit avec de l'énergie verte en Suède

Acier produit avec de l'énergie verte, Suède

Mercedes et BMW ont conclu des partenariats avec des entreprises telles que Boston Metals et H2 Green Steel, qui ont remplacé la fusion traditionnelle dans des fours alimentés par des combustibles fossiles par des systèmes alimentés par l'électricité. Dans ces cas, l'énergie provient de sources durables, c'est-à-dire d'un mélange de solaire, d'hydroélectrique et d'éolienne, ce qui permet d'obtenir des émissions nulles ou presque nulles pour l'un des processus les plus énergivores.

Volvo et SSAB pour un acier non fossile

Volvo et SSAB s'associent pour un acier "sans fossile"

Jusqu'à 40% de CO2 en moins

Volvo a également réaffirmé le rôle des métaux à faibles émissions dans ses plans de décarbonisation lors de la COP28, à Dubaï. L'entreprise vise à réduire les émissions de CO2 par véhicule produit de 75% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2018, avec une étape intermédiaire de 40% à atteindre d'ici 2025.

Cela passe en partie par la conversion électrique de la gamme de produits et par la réduction du CO2 émis par les usines. Mais pour la prochaine étape, les matériaux à faible teneur en carbone deviendront cruciaux, car on estime qu'ils peuvent à eux seuls générer une réduction allant jusqu'à 40%.

Pour accélérer ce processus, Volvo Cars a rejoint la First Movers Coalition (FMC) du Forum économique mondial, qui soutient, par son pouvoir d'achat, la diffusion de nouvelles technologies susceptibles de faciliter la transition vers un aluminium à émissions nulles ou quasi nulles. Pour l'acier, Volvo se tourne plutôt vers SSAB, une autre entreprise suédoise qui fournira de l'acier transformé selon des procédés "verts" à partir de 2026.

Galerie: Comment rendre "verts" l'acier et l'aluminium