À la fin des années 1980, BMW souhaitait repousser les limites de ce que pourrait être un produit phare et a décidé de construire une berline plus grande que la Série 7. Vous avez probablement entendu parler de la "Goldfish" alias "la Super Seven" de 1988 avec un moteur V16, mais une deuxième voiture a été assemblée deux ans plus tard. Elle est restée secrete pendant des décennies, jusqu'à ce qu’elle soit présentée ce mois-ci au Techno-Classica d'Essen.

Nous avons interrogé BMW sur l'insaisissable super berline puisque nous n'avions entendu parler que de la précédente. Dotée d'une carrosserie en aluminium, la voiture la plus récente a été construite en 1990 et était connue en interne sous le nom de 750iL V16 "Goldfish". L'homme en charge du design était Boyke Boyer, qui a également dessiné la E38 Série 7 lancée quatre ans plus tard. C'est pourquoi la voiture ressemble à une fusion entre la E32 et la E38.

Galerie: BMW 750iL V16 (1990)

Sacré moteur

Au cœur de la majestueuse berline, de base, se trouvait un V16 de 6,6 litres, adapté du V12 "M70" installé dans la 750i E32 qui était en vente, à l’époque. Alors que la Série 7 haut de gamme développait 296 chevaux, ce prototype avait une solide puissance de 348 chevaux à 5 000 tr/min. La puissance était transmise aux roues via une transmission automatique à cinq vitesses, permettant une vitesse de pointe limitée à 250 km/h. Cela le rendait plus lente que son prédécesseur, qui atteignait une vitesse maximale de 280 km/h.

En parlant du précédent projet Goldfish, vu ci-dessous, cette voiture avait des spécifications techniques différentes. Le monstrueux V16 était nettement plus puissant, soit 402 ch. De plus, les ingénieurs de BMW ont installé une boîte de vitesses manuelle à six vitesses, juste avant que la Série 8 E31 ne devienne la première voiture de série de la marque, avec un V12, sans oublier sa boîte à six vitesses.

Comparée à la voiture d'origine, la nouvelle Goldfish avait un profil plus lisse puisqu'elle supprimait les grandes ouïes en fibre de verre et les prises d'air sur les ailes arrière. La voiture précédente en avait pour le système de refroidissement, que BMW a déplacé vers l'arrière car il n'y avait pas assez de place sous le capot après l'installation du moteur plus massif. En plus d'avoir un moteur inhabituel, la deuxième des voitures Goldfish était également beaucoup plus grosse que la Série 7 E32 de l'époque. Avec une longueur de 5,45 m, elle était en réalité plus grande que le modèle de la génération actuelle mais plus étroite.

Et chez les autres ?

BMW n'était pas la seule marque de luxe allemande à jouer avec l'idée d'un moteur plus gros qu'un V12. La légende raconte que Mercedes a travaillé sur un W18 de 8,0 litres (oui, 18 cylindres) développant 490 ch. Il était prévu que la Classe S W140 passe dans une autre dimension mais cela ne s'est jamais produit. On pense que Mercedes disposait également d'un dérivé plus puissant d'au moins 680 ch, destiné aux voitures de sport.

Galerie: BMW 750iL V16 Goldfish

La marque à l’étoile a apparemment annulé le W18 à la dernière minute avant de relancer le projet plus tard dans les années 1990 pour une S80 AMG qui n'a jamais abouti non plus. Des années plus tard, il y a eu également des spéculations folles sur un moteur V24 de 15 litres à double suralimentation (24 cylindres, là aussi vous ne rêvez pas) pour la marque Maybach ressuscitée avec environ 1 000 ch. Elle est restée au stade de rumeur dans les années 2000.

BMW a également abandonné le moteur V16 (à moins qu'il n'y ait d'autres voitures secrètes) mais a revisité cette idée dans une Rolls-Royce. Cependant, les 100 EX (voir ci-dessous) et 101 EX, avec leurs gigantesques moteurs de 9,0 litres, ont également été mises de côté.

Galerie: Rolls Royce 100 EX