La présentation de la nouvelle BMW M5 ne devrait plus tarder. On parle d'une hybride rechargeable développant jusqu'à 800 ch. Personne n'y pensait il y a 40 ans, lorsque la première génération de la puissante berline a vu le jour. Dans cet article, nous nous penchons sur l'histoire de la plus puissante des E28.

La BMW M1 comme base

Les racines de la première M5 se trouvent dans la légendaire M1, construite de 1978 à 1981. Sous la carrosserie plate de la M1 se trouve le M88, un six cylindres de 3,5 litres. Au fil du temps, ce moteur n'est plus considéré comme une base pour le sport automobile, mais est utilisé sous une forme simplifiée pour les puissants modèles haut de gamme des séries existantes. La M635 CSi ouvre le bal, suivie d'une M745i pour l'Afrique du Sud.

Galerie: BMW M5 (E28, 1984-1987)

Grâce à deux arbres à cames en tête, six papillons individuels et une électronique moteur numérique optimisée, le moteur à quatre soupapes développe désormais 286 ch, soit 9 ch de plus que dans la M1. Comme la Série 6 Coupé et la Série 5 partagent une plateforme commune, l'affaire est claire pour les ingénieurs de BMW Motorsport GmbH : le M88/3, comme le moteur s'appelle désormais, doit être greffé sur la berline.

Une production à partir d'octobre 1984

Aussitôt dit, aussitôt fait : la première BMW M5 basée sur la série E28 est produite d'octobre 1984 à juin 1988. Elle fait ses débuts au salon de l'automobile d'Amsterdam en février 1985 sur la base du châssis 535i. La même année, la M5 est lancée sur le marché, avec une apparence étonnamment plus discrète que la M 535i de 218 ch.

BMW M5 (E28, 1984-1987)

BMW M5 (E28, 1984-1987)

"Le châssis doit toujours être plus rapide que le moteur", telle est déjà la devise des automobiles BMW M à l'époque. La première M5 reçoit donc, en plus d'une boîte de vitesses à cinq rapports renforcée et d'un blocage de différentiel dans l'essieu arrière avec un effet de blocage de 25%, un châssis sport resserré et un système de freinage haute performance.

Une esthétique plutôt sage

Certes, il faut aimer la série E28 sur le plan formel. Dès son lancement en 1981, la deuxième génération de la Série 5 essuie de nombreuses critiques. Son design était trop proche de celui de son prédécesseur. Mais aujourd'hui, c'est justement ce qui fait son charme. La partie avant avec le nez de requin ramène le style des années 70 dans les années 80.

BMW M5 (E28, 1984-1987)

BMW M5 (E28, 1984-1987)

Jetons un coup d'œil rapide aux données : une longueur de 4,62 mètres, une largeur de 1,70 mètre et une hauteur de 1,40 mètre. Ce qui est surprenant, c'est l'empattement relativement court de 2,62 mètres, au niveau d'une VW Golf actuelle. Cela ne rend pas forcément les proportions de la première M5 plus jolies, et l'arrière est plutôt clair. Mais peu importe, deux autres chiffres sont bien plus importants : 1 430 kilos à vide et 286 ch, cela fait exactement 5 kg par CV.

Voici comment se conduit la première M5

La grande surprise ne vient pas de la conduite, il n'y a pas de grondement sauvage à la M1. Le six cylindres commence son travail en douceur et cela reste ainsi lorsque l'on passe assez tôt à la vitesse supérieure dans la boîte à cinq vitesses merveilleusement maniable.

Le levier de vitesse claque dans les ruelles sur de courtes distances. Un plaisir que l’on aimerait s’offrir plus souvent que nécessaire car la M5 peut être conduite paresseusement. Glisser avec un régime détendu de 1 500 tours ? Aucun problème, le châssis confortable s'y prête bien. Même au niveau de la direction, on sent que la E28-M5 n'a rejoint la série qu'après coup : Le grippage extrême des virages n'est pas le domaine de ce véhicule.

BMW M5 (E28, 1984-1987)

BMW M5 (E28, 1984-1987)

BMW M5 (E28, 1984-1987)

BMW M5 (E28, 1984-1987)

Mais où sont les 6,5 secondes promises pour atteindre 100 km/h ? Ou la pointe de 245 km/h ? C'est très simple : il suffit de rétrograder de deux vitesses, d'appuyer sur l'accélérateur et c'est parti ! Au son soyeux du six cylindres se mêle un grondement rageur et l'aiguille du compte-tours s'affole. À 4 500 tours, les 340 Nm maximum s'enclenchent. Bien sûr, aujourd'hui, une Passat Variant TDI a plus de couple, mais chaque M5 de la série E28 est une fête de l'analogique, une célébration de l'honnêteté du travail manuel.

Cher à l'époque comme aujourd'hui

Il en a été de même pour la production de la première série M5. Jusqu'à fin 1987, seuls 2 200 exemplaires quittent les ateliers sacrés de BMW Motorsport GmbH à Munich. Pourquoi la E28-M5 reste-t-elle si rare ? Eh bien, la carrosserie discrète ne correspond pas vraiment au dernier prix affiché de 44 000 euros. À titre de comparaison : pour presque 5 000 euros de moins, on pouvait acheter une Porsche 911 Carrera dans les années 80, ce qui montrait que son propriétaire avait beaucoup d'argent.

Encore une comparaison : à l'époque, pour le prix d'une M5, on peut aussi obtenir une 535i plus une 320i deux portes pour son épouse, son fils ou sa fille. La seule consolation est que la première BMW M5 est aussi inabordable aujourd'hui qu'il y a 40 ans.