Ce mardi, le président américain Joe Biden a fortement augmenté les droits de douane sur de nombreuses importations chinoises. Parmi les produits concernés figurent les voitures électriques et les batteries de voitures électriques. Cette mesure est généralement considérée comme une tentative de s'assurer une meilleure position de départ dans la campagne électorale américaine contre Donald Trump. La Chine a annoncé des contre-mesures pour protéger ses intérêts, rapporte Reuters.

Les droits de douane sur les voitures électriques passeront de 25 à 100 %, ceux sur les batteries de voitures électriques de 7,5 à 25 %. À partir de 2025/2026, des droits de douane de 25% seront également introduits sur les aimants permanents, le graphite, matériau des anodes, et d'autres matières premières pour les batteries.

Pour justifier cette décision, la Maison Blanche a évoqué des « risques inacceptables » pour la sécurité économique des États-Unis. La Chine inonde le monde de marchandises bon marché. Celles-ci arrivent sur le marché parce que la Chine continue d'investir dans les secteurs concernés malgré les surcapacités existantes. Le puissant syndicat United Auto Workers a salué les mesures. Les droits de douane garantiraient que « la transition vers les véhicules électriques soit une transition juste ».

Selon la Maison Blanche, les mesures sont ciblées et coordonnées avec des alliés proches. Malgré un faible taux de chômage et une bonne croissance économique, la politique économique de Biden est moins bien perçue par l'électorat que celle de Trump.
Les analystes avaient au préalable averti qu'une guerre commerciale avec la Chine augmenterait le coût des voitures électriques et nuirait aux objectifs de Biden en matière de climat.

L'année dernière, les États-Unis ont importé des marchandises de Chine pour une valeur de 427 milliards de dollars, mais n'ont exporté que des produits pour une valeur de 148 milliards. Ce déficit commercial est de plus en plus critiqué aux États-Unis. Les nouvelles mesures ne concernent toutefois que des importations d'une valeur de 18 milliards de dollars.

Actuellement, peu de voitures électriques fabriquées en Chine sont vendues aux États-Unis, ont déclaré les analystes. Par conséquent, l'impact direct sur les prix des voitures serait minime. En revanche, les droits de douane prévus pour 2025 et 2026 sur les aimants et les matériaux des batteries pourraient concerner davantage de véhicules.

Les constructeurs automobiles américains ont exporté en 2021 environ 155.000 véhicules d'une valeur de 6,3 milliards de dollars vers la Chine, d'où seulement environ 64.000 véhicules d'une valeur de 1,5 milliard sont arrivés aux États-Unis. De plus, la plupart des importations chinoises appartiennent à des marques américaines, notamment Buick.

Biden veut faire passer la part des voitures électriques sur l'ensemble du marché automobile américain de 8 % l'année dernière, à 56 % en 2032. Cet objectif doit être atteint grâce à des limites d'émissions pour les flottes et à des crédits d'impôts pour les clients. Les voitures contenant trop de pièces chinoises sont toutefois exclues. Selon les constructeurs automobiles, les voitures électriques deviendraient trop chères pour les clients américains si elles n'étaient pas équipées de batteries et de matériaux de batteries bon marché en provenance de Chine.

En conclusion

L'administration Biden introduit des droits de douane drastiques sur les voitures électriques chinoises. Bien que celles-ci ne soient, pour l'instant, peu vendues aux États-Unis. De plus, il n'est pas encore certain que les droits de douane prévus pour 2025 et 2026 sur les aimants permanents et les matériaux des batteries seront appliqués. Dans l'ensemble, il semble que cette action soit avant tout une communication tournée vers la prochaine campagne électorale.