Un nouveau concurrent pour la Tesla Model Y est en route. C'est de Chine que vient le Xpeng G6, le SUV électrique qui reprend la philosophie minimaliste et les proportions de la créature d'Elon Musk.

Disponible avec des motorisations allant jusqu'à 476 ch, il arrivera également en Italie à l'automne et promet un équipement complet sans sacrifier l'aspect pratique typique d'un modèle du segment D.

Xpeng G6, l'extérieur

Avec ses 4,75 mètres de long, 1,92 mètre de large et 1,65 mètre de haut, le G6 rappelle le Model Y par la douceur de ses formes et de ses dimensions. Même sur le SUV chinois, en fait, le design est caractérisé par des lignes simples, avec une zone avant épurée dominée par l'insert noir brillant qui abrite les phares LED très fins et le logo Xpeng au centre.

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6, trois quarts arrière

De chaque côté des pare-chocs se trouvent les principaux blocs optiques et les prises d'air, tandis que l'arrière est assez dynamique, avec un spoiler, des phares à développement horizontal et le nom du constructeur clairement marqué sur le hayon. De profil, on apprécie la silhouette musclée, avec une ceinture de caisse haute qui se marie bien avec le profil des phares et des passages de roues avant.

Xpeng G6, l'intérieur

Le minimalisme est également le mot d'ordre pour l'intérieur de la G6. Le tableau de bord se caractérise par des formes géométriques simples mais frappantes. Il n'y a pas de commandes physiques, toutes les fonctions de conduite étant intégrées dans l'écran d'infodivertissement de 14,96 pouces, qui est basé sur la dernière version du système d'exploitation Xmart OS développé par Xpeng elle-même.

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6, le tableau de bord

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6, le coffre

Devant le conducteur se trouve un écran de 10,2 pouces pour les informations relatives à la conduite. L'intérieur est joliment fini, avec du cuir et du tissu qui lui confèrent une touche haut de gamme.

Le coffre est spacieux, avec une capacité minimale de 571 litres, qui peut être portée à 1 374 litres en rabattant les sièges arrière.

Xpeng G6, batteries et moteurs

La G6 est basée sur la plateforme SEPA 2.0 avec architecture 800 volts, la même plateforme que celle utilisée sur la G9, plus grande. Cela permet une charge ultra-rapide pouvant atteindre 280 kW (215 kW sur le modèle de base), grâce à laquelle la batterie peut passer de 10 à 80 % en moins de 20 minutes.

À cet égard, deux packs de batteries sont disponibles : un LFP de 66 kWh avec une autonomie de 435 km selon le cycle WLTP et un NCM (cobalt nickel oxyde de manganèse) de 87,5 kWh avec une autonomie de 570 km.

Xpeng G6 (2024)

Xpeng G6 (2024)

Trois moteurs sont disponibles, à commencer par la gamme standard et la gamme longue à propulsion arrière. Les deux délivrent 440 Nm, le premier développant 258 ch et le second 286 ch au sol. Le haut de gamme est le AWD Performance, avec deux moteurs électriques, une transmission intégrale, 476 ch et 660 Nm. La vitesse de 0 à 100 km/h est de 4,1 secondes.

Xpeng G6, les prix

Les prix des différentes versions de la G6 n'ont pas encore été annoncés, mais Xpeng indique que le modèle de base de la gamme standard pourra être acheté grâce à des incitations gouvernementales. Il est donc raisonnable de penser que le prix de base se situera autour de 42 000 euros.

Le constructeur a toutefois dévoilé l'équipement de série du SUV électrique, qui comprendra, entre autres, des jantes en alliage de 20 pouces chaussées de pneus Michelin, un toit panoramique en verre, des sièges chauffants et réglables électriquement (les sièges avant peuvent également être ventilés), un volant chauffant, deux stations de recharge sans fil de 50 W pour les smartphones, un système audio de 960 W à 18 haut-parleurs et la compatibilité avec le système Vehicle-To-Load.

Les options disponibles comprennent un attelage de remorque à commande électrique et les peintures suivantes : Gris graphite, Noir de minuit, Givre d'argent et Orange flamboyant. La G6 est livrée de série en blanc arctique.

Galerie: Xpeng G6 (2024) en test