Les droits de douane sur les voitures électriques chinoises sont sur le point de passer d'une menace politique à une réalité commerciale. Bruxelles a en effet officialisé sa décision d'augmenter la taxe sur l'importation de véhicules à batterie chinois sur le Vieux Continent, en ajoutant au droit de douane ordinaire de 10 % une taxe supplémentaire pouvant atteindre 38,1 %, voire 50 % au total.

On est loin de la super taxe de 100 % annoncée récemment par les États-Unis, mais l'impact commercial risque d'être beaucoup plus important si l'on considère le nombre de voitures chinoises déjà en vente en Europe ainsi que l'interdépendance commerciale entre notre continent et la Chine.

Fonctionnement des nouveaux droits

La particularité des droits européens est qu'ils varient en fonction du type de véhicule, qu'ils sont proportionnels aux subventions reçues du gouvernement chinois et qu'ils "s'ajouteraient aux droits ordinaires de 10 % appliqués aux importations de véhicules électriques à batterie", écrit Bruxelles. En outre, la Commission a ouvertement favorisé les constructeurs qui ont coopéré à l'enquête en fixant un droit moyen pondéré réduit à 21 %.

Les détails sont donnés dans le tableau ci-dessous. Il convient de noter que les entreprises alliées à des groupes automobiles occidentaux qui produisent en Chine des voitures exportées vers nos marchés sont également concernées par ces droits. Quelques exemples : BMW iX3, Dacia Spring et Tesla Model 3, mais nous vous renvoyons à cet article pour en savoir plus.

Groupe automobile Nouveau droit (à ajouter à 10 %) Droit total
Groupe  BYD 17,4% 27,4%
Groupe  Geely 20,0% 30,0%
Groupe  SAIC 38,1% 48,1%
Aiways, BMW Brilliance Automotive, Chery, FAW, Dongfeng, Great Wall, Leapmotor, Nio, Tesla, Xpeng 21,0% 31,0%
Altri 38,1% 48,1%

Rappelons que la démarche de la Commission européenne fait suite à des soupçons - confirmés par une enquête de neuf mois - de subventions publiques accordées par la Chine aux constructeurs, telles que des transferts directs de ressources financières, des prêts, l'ouverture de lignes de crédit et d'autres instruments visant à favoriser la production et l'exportation de voitures électriques à des prix particulièrement bas. Des actions résumées par le terme "dumping".

Salone di Pechino 2024

L'ingresso del Salone di Pechino 2024

Premières réactions de la Chine

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lin Jian, a annoncé des contre-mesures pour "défendre fermement" les droits des fabricants chinois, ajoutant que l'augmentation des droits de douane violait les principes de l'économie de marché.

"Nous demandons instamment à l'UE d'honorer son engagement à soutenir le libre-échange, à s'opposer au protectionnisme et à travailler avec la Chine pour sauvegarder l'ensemble de la coopération économique et commerciale bilatérale".

Le ministre italien Adolfo Urso s'est quant à lui réjoui, écrivant : "C'est une mesure que nous accueillons avec satisfaction, conformément à la vision de ce gouvernement".

 

En revanche, le constructeur allemand BMW s'y oppose et, par la voix de son PDG Oliver Zipse, qualifie la voie empruntée par Bruxelles d'"erronée" et craint le risque de contre-mesures.

"Cette décision d'imposer des droits d'importation supplémentaires n'est pas la bonne solution. La Commission européenne nuit ainsi aux entreprises et aux intérêts européens. Le protectionnisme risque de déclencher une spirale : les droits de douane entraînent de nouveaux droits de douane, l'isolement plutôt que la coopération.

Le BMW Group estime que les mesures protectionnistes, telles que l'introduction de droits à l'importation, ne contribuent pas à une concurrence fructueuse sur les marchés internationaux. Le libre-échange reste le principe directeur du BMW Group. Notre entreprise s'y engage".

La position de l'Acea, l'association qui regroupe les constructeurs en Europe, est moins déséquilibrée.

"L'Acea a toujours affirmé qu'un commerce libre et équitable était essentiel pour créer une industrie automobile européenne compétitive à l'échelle mondiale, tandis qu'une concurrence saine favorise l'innovation et le choix des consommateurs. Le commerce libre et équitable vise à garantir des conditions de concurrence équitables pour tous les concurrents, mais il ne constitue qu'une partie importante du puzzle de la compétitivité mondiale.

Ce dont le secteur automobile européen a surtout besoin pour être compétitif au niveau mondial, c'est d'une stratégie industrielle solide pour l'électromobilité. Cela signifie qu'il faut garantir l'accès aux matériaux et à l'énergie essentiels à des prix abordables, un cadre réglementaire cohérent, des infrastructures de recharge et de ravitaillement en hydrogène suffisantes, des incitations commerciales et bien d'autres choses encore.

L'enquête se poursuivra pendant plusieurs mois jusqu'à ce que la Commission décide de proposer ou non des mesures antisubventions définitives. Les États membres voteront ensuite sur cette proposition".

Les prochaines étapes

Pour l'instant, les mesures ne sont qu'annoncées, mais elles ne sont pas définitives, car un dialogue entre la Commission européenne, les fabricants et les autorités chinoises va maintenant s'engager afin d'éviter une répression.

La répression serait lancée le 2 novembre s'il n'y a pas d'accord entre les parties et s'appliquerait rétroactivement à partir du 4 juillet.

Marques concernées

Il est encore difficile de prédire quels seront les effets sur le marché et en particulier sur les listes de prix des voitures fabriquées en Chine et vendues en Europe. Certains constructeurs pourraient absorber partiellement les droits de douane en limitant les hausses de prix, d'autres pourraient même changer de stratégie et réévaluer l'opportunité de vendre des voitures électriques sur le Vieux Continent.

Les premières hausses de prix pourraient être déclenchées le 4 juillet en raison de la rétroactivité susmentionnée et concerner diverses marques telles que BYD, MG, Lotus, Polestar, smart, Volvo (pour les modèles produits en Chine comme l'EX30) et Tesla elle-même, qui produit le Model 3 en Chine et qui semblerait être temporairement exemptée - explique la Commission - "à la suite d'une demande motivée de sorte qu'un taux de droit individuel sera calculé au stade définitif".

MG4

La MG4 produite par SAIC

Polestar 4

La Polestar 4 produite par le groupe Geely

BYD ATTO 3

La BYD ATTO 3