Après un retour de vacances chargé sur la route et après avoir passé plusieurs heures dans les embouteillages, une question a dû tourner dans de nombreuses têtes. En cette rentrée de septembre, voici donc la réponse à la question existentielle : comment se créer un bouchon ?

On a tous l’impression que la file sur laquelle nous sommes n’est jamais la bonne. Et une fois après avoir changé, celle-ci s’arrête et celle où nous étions se met à avancer soudainement.

Mais comment est-ce possible ? Car quand il y a un ralentissement dû à un accident ou à une panne, l’embouteillage qui se crée est logique. Mais quand il pleut et que rien ne devrait venir perturber la circulation, pourquoi les voitures sont-elles à l’arrêt sur une 2x3 voie ?

 

Il suffit qu’un conducteur roule en dessus de la vitesse, ici 120 au lieu de 130, pour qu’un ralentissement se forme sur plusieurs kilomètres. Car quand le conducteur numéro 2 va arriver derrière le conducteur numéro 1, il va devoir freiner pour se caler sur sa vitesse. Le conducteur numéro 3 va voir le numéro 2 freiner, donc va freiner à son tour mais un peu plus fort et va donc ralentir à 110 km/h. Le conducteur numéro 4 va devoir lui aussi ralentir mais devra freiner encore plus fort et descendra sa vitesse à 100 km/h. Et cette réaction en chaine va se répercuter sur de nombreuses voitures jusqu’à vous. Et c’est à ce moment là que vous allez devoir vous arrêter en plein milieu de nul part sans comprendre pourquoi… Ajoutez à cela les personnes qui changent de file, cela donne un trafic totalement perturbé et des files qui avancent plus vite les unes que les autres.

C’est ce qu’on peut appeler l’effet papillon !

Abonnez-vous à la newsletter