Après une intense restauration, cette Mercedes C291 a retrouvé la piste, cet été au Paul Ricard. Pour l'occasion, la voiture était pilotée par Karl Wendlinger, ancien pilote officiel de la voiture, qui avait un certain Michael Schumacher comme équipier.

La voiture à découvrir dans la vidéo est la dernière des deux C291 existantes. Elle était jusqu'ici exposée au Musée Carl Benz, à Ladenburg, en Allemagne. Après une restauration de près d'un an et demi, le prototype a repris la route, cet été sur le Paul Ricard.

Karl Wendlinger était au volant et a semblé très heureux de retrouver cette auto au son fabuleux.

L'apparition de cette voiture en course remonte au début des années 1990. En 1991 pour être précis. Le Groupe C, la catégorie reine en Endurance, est alors en plein âge d'or. Mercedes, Jaguar, Peugeot, Toyota et de temps à autre, Mazda, se livrent une bataille féroce, avec ces autos radicales. Et pour cette saison, les règles changent.

Ne sont autorisés, désormais, que les prototypes équipés de moteurs de 3,5 L pour un poids de 750 kg. C'est dans cette optique que Mercedes, pour remplacer sa C11 ultra dominante, développe la radicale C291. Les prototypes sont, de ce temps, de véritables F1 carénées, et la marque à l'étoile n'hésite pas à prendre des risques. D'autant qu'en face, Peugeot présente sa 905, qui va rapidement se montrer coriace.

Au volant des deux autos, on retrouve l'équipage phare, composé des deux stars de l'Endurance de l'époque, Jochen Mass et Jean-Louis Schlesser, que l'on verra triompher au Dakar, quelques années plus tard. Sur la seconde, on retrouve deux futurs grands noms. L'Allemand Karl Wendlinger, qui va notamment piloter pour Sauber en F1, et son compatriote Michael Schumacher. Tous deux sont des grands espoirs sur lesquels mise Mercedes.

Une victoire en conclusion

La voiture est peut-être un peu trop radicale. Si sur les petites courses d'endurance, elle se montre performante (2e place de Mass-Schlesser à Suzuka, puis troisième place à Monza, puis 3e place de Schumacher-Wendlinger à Silverstone), pour Le Mans, la marque à l'étoile estime qu'elle manque de fiabilité.

Pour les 24 Heures, Mercedes n'engagera que des C11, le règlement permettant de faire rouler les anciennes autos, mais pour un poids de 1000 kg. Le règlement imposant aux constructeurs d'aligner au moins une voiture de la catégorie C1, (la Mercedes C11 étant une C2), la C291 ne roulera qu'aux essais. Fritz Kreutzpointner, et Kurt Thiim, le père de Nicki, qui roule pour Aston Martin en WEC, ayant pour consigne de ne pas la qualifier !

Pour la petite histoire, Schumacher-Wendlinger-Kreutzpointner iront chercher une 5e place finale avec leur C11, tandis que Mass-Schlesser-Ferté devront abandonner suite à une surchauffe. Michael Schumacher repartira tout de même du Mans avec le meilleur tour d'une course remportée par Mazda, et son moteur rotatif volubile.

En fin de saison, Mercedes va prendre la troisième place au classement général du championnat, avec une dernière victoire lors de l'ultime course, à Autopolis. Après une saison décevante en comparaison de la domination des C11 de l'année précédente, Mercedes se retirera du championnat du monde, et se concentrera sur la F1.

Entre-temps, Schumacher a eu le temps de se faire remarquer. Sur une Jordan, en se qualifiant septième sur la grille de départ de son premier Grand Prix, à Spa, cette année-là, le pilote allemand s'ouvrait une voie royale vers la F1, et rencontrer la carrière que l'on sait...

Quant à Karl Wendlinger, il pilotera aussi en F1, avant de connaître un grave accident à Monaco, en 1994, sur sa Sauber, et de revenir pour une ultime saison, en 1995, toujours sur Sauber. On le reverra aussi au Mans, pilotant notamment la Viper GTS-R, à la fin des années 1990, ou l'Aston Martin DBR9, en 2008, date de sa dernière participation mancelle.