Révolution sous le capot, avec l'arrivée d'un V6 Turbo, en lieu et place du V8 !

Un périple de 500 km qui nous a conduits de Toulouse à la Principauté d’Andorre sur des routes aussi variées que le catalogue d'options d'une voiture allemande. Quel meilleur terrain de jeu pour essayer la nouvelle Audi RS 5 cru 2017 ?

Cette deuxième génération vient se frotter aux déjà bien établies BMW M4 et Mercedes C 63 AMG. La sportive d’Ingolstadt change d’ailleurs plus profondément qu’il n’y paraît. Si le trait général rappelle l’ancienne mouture, cette version offre d’avantage d’arrondis et moins de traits saillants.

Un coupé bodybuildé !

Par rapport à une Audi A5 "traditionnelle", cette RS 5 gagne une calandre nettement plus travaillée, des boucliers très enveloppants et des ailes élargies de 15 mm qui abritent des roues de 19, voire 20 pouces comme sur notre modèle d’essai. On remarquera aussi les entrées d’air autour des projecteurs avant et arrière, et les superbes sorties d’échappement. L’Audi est aussi un beau bébé, avec 4,72 mètres de long pour 1,86 m de large.

Lire aussi:

Sobre, mais sportif

Plutôt exubérante de l'extérieur, surtout avec ces peintures Rouge Misano ou Vert Sonoma optionnelles (1010 euros) , l’Audi RS 5 est plutôt discrète à bord. Pourtant, de nombreux détails la distinguent aussi du reste de la gamme A5. Le volant à méplat recouvert d’Alcantara, le superbe levier de vitesses lui aussi recouvert de la même matière, les nombreuses surpiqûres coordonnées à la teinte extérieure, et bien évidemment ces superbes sièges baquets au maintien exceptionnel.

Audi RS 5 (2018)

Enfin, et c’est sans doute le plus important pour le client d’une Audi RS 5, le combiné d’instrumentation numérique qui mérite à lui seul le détour.

Par rapport à une Audi R8 qui reste une stricte deux places, l’Audi RS 5 peut être comparée à une familiale. Quatre vraies places, un coffre digne de celui d’une berline (465 litres), cette sportive peut même séduire les familles.

D'ailleurs, l’une des qualités majeures de ce nouveau modèle, vient de la qualité de son amortissement. Il est vrai qu’avec l’Audi Drive Select, l’Audi RS 5 triche un peu. Mais sa prouesse est de pouvoir rester confortable même en mode Dynamic !

Un V6 qui déménage 

Bon, assez parlé de confort. On achète aussi et surtout une Audi RS 5 pour ses performances. Petite surprise, l’immense capot abrite un V6 2,9 litres à double turbo, et non plus le délicieux V8 4,2 litres atmosphérique qui officiait sur le précédent modèle. Une petite déception d’autant qu’au démarrage, ce V6 n’est pas du genre démonstratif. Il est même trop discret. Heureusement, l’enclenchement du mode Dynamic lui offre un nouveau timbre de voix plus conforme au pedigree du modèle. Soit rauque et méchant.

Cette Audi RS 5 est une vraie catapulte. Si la puissance est inchangée (450 ch), le couple bondit à 600 Nm quand la masse diminue de 60 kg. Un moteur plus souple, une voiture plus légère... Et des performances exceptionnelles ! Rendez-vous compte : 280 km/h sur circuit et surtout 3,9 secondes pour parcourir le 0 à 100 km/h ! Ça pousse fort et à tous les régimes ! Si la boîte automatique manque peut-être un poil de réactivité, le choix de la Tiptronic 8 s’explique par sa propension à digérer la forte valeur de couple.

Un mot enfin de la consommation. Notre moyenne a varié de 10 litres aux 100 km en adoptant une conduite décontractée rapide, à 14 litres aux 100 km sur les routes menant à la Principauté d'Andorre. Des valeurs assez raisonnables compte-tenu de la fougue de cette RS 5.

Essai Audi RS 5 (2017)
Essai Audi RS 5 (2017)

Vite et bien 

On l’a vu, l’Audi RS 5 est très bien amortie, mais c’est aussi un vrai outil sur les exigeantes routes pyrénéennes. Le calibrage de la direction, la motricité impossible à prendre en défaut (Quattro), et le freinage dont l’endurance paraît à toute épreuve - notre exemplaire était équipé de l’option carbone céramique à 7300 euros - laissent augurer le meilleur pour une utilisation circuit.

Cruel dilemme alors que de départager cette Audi RS 5 de ses concurrentes BMW M4 et Mercedes C 63 AMG. La sportive aux anneaux est sans doute la plus sécurisante et la plus efficace des trois, au risque de manquer un peu de folie. Pour les dérobades du train arrière, vous repasserez. Nous ne manquerons d’ailleurs pas de vous proposer un essai comparatif de ces bolides... Quand l’Audi RS 5 sera disponible en France !

Conclusion

Vendue 95’000 euros hors options, l’Audi RS 5 est sans doute l’arme absolue pour celui qui souhaite rouler vite en toute sécurité, mais également utiliser sa GT au quotidien. Des qualités qui se paient au prix fort, à comparer aux 85'800 euros exigés pour la BMW M4 et 93'250 euros pour la Mercedes C 63 AMG, toutes les deux indisponibles en transmission intégrale.

Photos : Julien Marcos et Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Performances Nostalgie du V8
Efficacité Tarif salé
Charisme Options

 

Audi RS 5 Coupé

Motorisation V6 essence 2894 cm3, 24 soupapes, double-turbo
Puissance 450 ch / 600 Nm de 1900 à 5000 tr/min
0-100 km/h 3,9 s
Vitesse de pointe 280 km/h (en option)
Transmission Automatique à 8 rapports
Type de transmission Quattro - Transmission intégrale
Poids 1655 kg (à vide)
Volume de coffre 465 litres
Places 4
En vente 2017
Economie de carburant Urbain : 11,5l/100 km / Route : 7,1l/100 km / Mixte : 8,7l/100 km
Prix de base 95'000 €
Prix de la version testée NC

Essai Audi RS 5 (2017)