Pour cette seconde génération, Peugeot bouleverse les codes et propose un break séduisant et agréable à conduire.

Après la berline, Peugeot lance la 508 SW. La marque au Lion a soigné le style de son break et compte bien charmer les professionnels qui représentent 80 % de la clientèle. Que vaut cette nouvelle Peugeot 508 SW ? Pour l'essayer, nous avons pris l'avion en direction de Lisbonne afin de vous livrer notre verdict.

Le charme à la Française

Le style de la Peugeot 508 SW est particulier. Oui, c'est un break, mais un break qui a du style ! Les designers français sont parvenus à embellir le break, qui nous plaît davantage que celui de la berline (affaire de goût). Si l'avant reste le même, l'arrière évolue. Cette carrosserie a été allongée de 30 mm afin de loger le coffre de 530 litres. Le nouveau break au Lion ne mesure pas plus de 1.42 m de hauteur et 4.78 m de longueur. Cela fait partie de la volonté de Peugeot de proposer un break compact, afin de mettre l'accent sur les formes et de conserver des proportions idéales. La face arrière est complètement craquante, surtout avec la lunette arrière fumée et les deux canules d'échappement dont dispose notre 508 SW GT.

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

Cela étant dit, pour que la 508 SW vous crève les yeux, il est indispensable d'opter pour le Pack GT Line (à défaut d'une version GT). Ou du moins, de choisir les jantes de 18 ou 19" ainsi que divers éléments esthétiques. Dans le cas contraire, la voiture paraît plus classique et sa plastique de rêve n'est pas mise en valeur : quel dommage !

Peugeot 508 SW GT

Vous l'aurez compris, sur le plan stylistique, le compte est plus que bon. Ces dernières années, Peugeot a fait le pari d'explorer de nouveaux horizons, tout en restant fidèle à son ADN. Résultat des courses, alors que les 308 et 3008 ont un design exemplaire dans leurs segments respectifs, la Peugeot 508 (berline et SW) fait encore mieux et bouscule une nouvelle fois les codes. Pour les plus perplexes, nous vous conseillons de découvrir cette voiture physiquement avant de statuer. Après tout, le design est une affaire de goût...

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

Un intérieur tiré à quatre épingles

Nous avons été surpris d'apprendre que l'empattement du break n'a pas progressé par rapport à la berline. Clé en poche, nous nous sommes alors empressés de glisser sur la banquette arrière. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'espace arrière est tout à fait convenable. Nous avons de la place pour loger les jambes, les coudes et la tête. À ce propos, et contrairement à la berline, la garde au toit a progressé de 40 mm. Une personne mesurant 1,80 m ne touchera plus le toit de la 508 avec le haut de son crâne et nous en sommes ravis.

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

Il est tout à fait possible de voyager à deux à l'arrière de la 508 SW. Si une troisième personne occupe la place centrale, elle sera moins à son aise. En effet, il y a moins d'espace à ce niveau et le dossier de la banquette est plus bombé. D'ailleurs, et c'est le reproche que l'on réitère aux places arrière de la 508, le dossier est relativement dure. Un peu plus de matière moussée à ce niveau fera le plus grand bien (ou un creux plus prononcé) !

Peugeot 508 SW GT

Dans la partie avant, la qualité perçue est excellente. La volonté de Peugeot de monter en gamme est perceptible dès les premières minutes de prise en main. Les matériaux choisis et la qualité d'assemblage ne sont que difficilement critiquables. L'intérieur de la 508 SW GT est très soigné, et puis, l'i-cockpit fait toujours son petit effet. Malheureusement, nous avons beau régler la position du siège et du volant, rien n'y fait, le haut du volant camoufle une partie de l'instrumentation (nous y sommes arrivés après maintes tentatives, mais du coup, on perdait notre position de conduite).

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

L'écran central a de jolis graphismes, mais il manque de fluidité. La navigation à travers les différentes fenêtres est donc encore perfectible ; une mise à jour suffirait à corriger ce léger problème. Enfin, le sélecteur du mode de conduite est à notre sens mal positionné. Il faut passer sa main derrière le levier de vitesses pour pouvoir passer d'un mode à l'autre ; ce n'est pas très pratique.

Un dernier mot sur le volume du coffre, qui, par rapport à la Peugeot 508 berline, progresse d'environ 40 litres. Désormais, il affiche 530 litres de volume de chargement, ce qui ne le place pas dans le haut du segment. En effet, les concurrentes comme la Volkswagen Passat ou Škoda Octavia Combi font beaucoup mieux avec respectivement 639 et 656 litres de volume de chargement.

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

Je veux encore conduire !

Par rapport à la berline, le break encaisse un surplus de poids allant de 35 à 40 kg. Eh bien, au volant, cela ne se ressent absolument pas. Pour cet essai, nous avons opté pour la motorisation essence de 225 ch. La 508 SW GT accélère sans broncher et les rapports s'enchaînent aisément. Même en mode confort, l'accélérateur demeure sensible aux sollicitations. Pour une conduite plus coulée, il est indispensable de passer au mode éco.

La boîte automatique à huit vitesses égrène les rapports rapidement. En revanche, le passage d'un rapport à un autre se fait tardivement (dans le sens montant). Autrement dit, le moteur monte haut dans les tours avant de passer à la vitesse supérieure. Pour pallier à ce léger désagrément, il suffit de passer les rapports manuellement (grâce aux palettes au volant) ou de sélectionner le mode économique.

Peugeot 508 SW GT
Peugeot 508 SW GT

Le comportement routier de la 508 SW est sans doute l'un des meilleurs de sa catégorie (si ce n'est le meilleur). Le châssis et les trains roulants sont réglés de telle sorte que le conducteur puisse prendre son pied. Le break avale les virages avec une facilité et une agilité remarquable. Dans les épingles, la 508 SW GT reste soudée au sol et vire à plat. Les vitesses de passage sont à peine croyables pour un break... qui aurait pu croire quelques années en arrière, que la 508 SW deviendrait aussi dynamique ? On espère maintenant que Peugeot ira plus loin et offrira plus de cavaleries à son break. Car oui, la 508 SW est déjà prête pour aller bien plus loin.

Peugeot 508 SW GT

Le tableau n'est pas tout rose. Toutes les voitures ont leur petits défauts, et la 508 SW ne fait pas exception à la règle. On peut par exemple évoquer l'insonorisation à bord ; le moteur essence est trop présent dans l'habitacle. De plus, les suspensions sont un peu fermes à notre goût. Un break a d'abord une vocation familiale (sauf exception), et le confort doit primer à son bord. Sauf que dans la nouvelle 508 SW GT, l'aspect "sportif" des suspensions est trop prononcé. La GT n'est pourtant pas une version sportive, mais dynamique, comme le rappelle Peugeot. Un chouia de mollesse serait la bienvenue dans l'amortissement de la GT, laissons la raideur pour une éventuelle version plus corsée. 

 
Points positifs Points négatifs
Le style et la carrure qui ne laissent personne indifférent La réactivité de l'écran central et du GPS
La qualité perçue et le choix des matériaux La boîte automatique qui passe les rapports tardivement (en mode normal)
Le comportement routier et la conduite Le moteur 1,6 THP trop audible dans l'habitacle
 

Peugeot 508 SW

Motorisation 1,6 THP PureTech, quatre cylindres en ligne
Puissance 225 ch / 300 Nm
Transmission Boîte automatique EAT8
Type de transmission Traction
0-100 km/h 7,4 s
Poids 1430 kg
Volume de coffre 530 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 7,5 l/100 km / Extra-urbain : 4,5 l/100 km / Mixte : 5,7 l/100 km
En vente 2019
Prix de base 33'600 euros
Prix de la version testée 51'270 euros

Galerie: Essai Peugeot 508 SW GT (2019)