Essai Peugeot 3008 1.2 PureTech 130 ch - SUV à trois pattes

Après 7 années de carrière couronnées de succès avec près de 900'000 exemplaires écoulés, la Peugeot 3008 est de retour avec une seconde génération entièrement revisitée. Fini le crossover : comme tous les constructeurs de nos jours, Peugeot mise désormais sur les SUV pour tenter de s'accaparer de précieuses parts de marché. En effet, ces nouveaux véhicules baroudeurs et sportifs sont désormais légion, et la concurrence est rude : Renault Kadjar, Volkswagen Tiguan, Škoda Kodiaq et autres SEAT Ateca sont autant d'ennemis redoutables que la nouvelle Peugeot 3008 a pour mission de surpasser.

Lire aussi:

En attendant le lancement de la version 7 places, dénommée 5008 et qui sera prochainement à l'essai, le constructeur français lance l'offensive avec une nouvelle 3008 dotée de nombreux atouts. Après une première prise en mains du dernier-né du Lion, nous avons essayé une version plus modeste dotée du moteur essence d'entrée de gamme, le trois-cylindres PureTech de 130 chevaux.

Un design musclé et affirmé

Pour cette nouvelle génération, Peugeot ose un design plus imposant et sportif en offrant à la 3008 un look de SUV affirmé : on y retrouve notamment une face avant agressive dotée d'une imposante calandre chromée, des projecteurs avant Full LED au look félin, un capot horizontal et nervuré, une position surélevée typique du segment, sans oublier des protections en plastique noir omniprésentes qui lui offrent un look de baroudeur, tout en apportant une touche de distinction grâce à du chrome, que l'on retrouve sur le bouclier arrière, les bas de caisse ou encore le jonc chromé du pavillon. Celui-ci surplombe les vitres latérales pour se terminer sur le becquet, soulignant discrètement le toit noir "Black Diamond" en option.

A l'arrière, l'aspect est plus massif avec un imposant hayon, qui est toutefois visuellement allégé avec ce bandeau noir laqué reliant les deux feux arrière, à la signature lumineuse distinctive embarquant les trois traditionnelles griffes du lion chères à Peugeot. L'ensemble profite toutefois d'une belle harmonie, avec un profil épuré et élégant, discrètement souligné par des nervures sur les flancs. Petit bémol : la ceinture de caisse relevée à l'arrière, qui est un plus pour le look, devient un handicap une fois installé au volant car elle réduit la visibilité à l'arrière. Toutefois, les nombreuses assistances au stationnement seront de précieuses alliées pour éviter les obstacles lors des manœuvres.

Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130

Un intérieur Peugeot i-Cockpit inédit

À bord, cette nouvelle 3008 est la première Peugeot à inaugurer une nouvelle génération du désormais fameux i-Cockpit, initialement lancé sur la Peugeot 208 et dont l'ergonomie est depuis inégalée. Ici, le concept est poussé encore plus loin avec la présence d'un combiné 100% numérique, doté d'une dalle HD de 12,3 pouces avec plusieurs modes d'affichage personnalisables. Le conducteur retrouve ainsi sous ses yeux toutes les informations utiles : compteurs, ordinateur de bord, navigation GPS, aides à la conduite...

On y retrouve également un nouveau volant compact à double méplat, au look sportif et à l'excellente prise en mains, ainsi qu'un grand écran tactile de 8 pouces flottant sur la planche de bord, qui embarque le tout dernier système d'infotainment du groupe PSA. Couplé à une rangée de boutons façon touches de piano, située à portée de main et permettant un accès direct à ses fonctionnalités, il permet de gérer la quasi-totalité des paramètres et accessoires de la voiture : radio et lecteur multimédia, navigation GPS 3D, climatisation, téléphonie, applications connectées ou autres aides à la conduite.

La vie à bord et l'habitabilité sont très appréciables aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, tandis que le coffre affiche une capacité de 520 litres, pouvant passer à 1482 litres une fois la banquette rabattue. Même si l'on se doit de noter la présence de plastiques durs et de quelques ajustements imprécis, notamment au niveau de ces fameuses touches "toggle switches" sur la planche de bord, l'ensemble bénéficie d'une finition très correcte et d'une présentation flatteuse.

Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130

Un tempérament vif et volontaire

Dès les premiers tours de roue, nous sommes agréablement surpris par la facilité de conduite de ce SUV plutôt imposant avec ses 4,45 mètres de long. Le diamètre de braquage, très court pour la catégorie (10,67 mètres, digne d'une citadine !), permet notamment d'évoluer en ville en toute souplesse. Lors des manœuvres, les différentes aides à la conduite et au stationnement, et notamment les caméras permettant une vision à 360° autour de la voiture, permettent d'oublier une visibilité arrière plutôt restreinte.

Sous le capot de notre modèle d'essai se trouve une motorisation étrennée depuis quelques années par le groupe PSA sur la quasi-totalité de sa gamme : fruit d'un downsizing poussé à son extrême, il s'agit d'un petit moteur essence turbocompressé "PureTech" de 1,2 litre de cylindrée, qui développe 130 chevaux. La sonorité rugueuse caractéristique de ces moteurs trois cylindres est bien présente, mais n'est pas désagréable grâce à une insonorisation soignée.

À notre plus grande surprise, cette motorisation offre des performances tout à fait louables pour une si petite cylindrée : en effet, elle permet à la 3008 d'afficher un poids contenu à 1250 kg. La voiture se révèle ainsi plutôt vive et dynamique, avec des accélérations et des reprises suffisantes pour un usage quotidien : le 0 à 100 km/h est en effet avalé en 10,8 secondes, tandis que le couple de 230 Nm est disponible très tôt (dès 1750 tr/min). Ce moteur PureTech 130 peut être associé à une boîte de vitesses mécanique à 6 rapports bien étagée, qui équipe notre modèle d'essai, ou en option à une boîte automatique "EAT6" à 6 rapports, particulièrement souple et agréable à l'usage.

Sur la route, nous retrouvons avec plaisir le légendaire toucher de route de Peugeot, avec un comportement particulièrement sain pour un SUV : malgré une caisse surélevée, le compromis entre confort et tenue de route est ici idéal, et le dynamisme est au rendez-vous avec un châssis affuté, une prise de roulis maîtrisée et une direction incisive, particulièrement précise grâce au petit volant : les kilomètres sont avalés avec beaucoup de plaisir, un véritable avantage face à une concurrence assez insipide à ce niveau.

Essai Peugeot 3008 (2016) - 1.2 PureTech 130

En conclusion

La nouvelle Peugeot 3008 apporte un vent de fraîcheur sur le segment fortement concurrentiel des SUV compacts : elle offre une expérience de conduite particulièrement plaisante, avec un châssis sain et un dynamisme très appréciable. La motorisation 1.2 PureTech de 130 chevaux, qui représente l'entrée de gamme en essence, offre un bon agrément grâce à sa légèreté et à sa souplesse.

Au niveau de la consommation de carburant, nous avons relevé en moyenne 7,5 litres/100 km sur un parcours mixte mariant ville, routes secondaires et autoroute. Un chiffre à mettre en face des plus modestes 5,1 litres annoncés par le constructeur, mais pas de surprise toutefois lorsqu'il s'agit d'un bloc trois-cylindres, dont la consommation réelle est en pratique bien moins idyllique que sur le papier.

Au niveau des tarifs, il vous faudra compter sur un prix d'entrée de 25'900 € pour une 3008 Access équipée du moteur 1,2 l PureTech de 130 chevaux couplé à la boîte mécanique à 6 rapports. Notre modèle d'essai, une 3008 Allure dotée de la même mécanique, est affichée à partir de 30'450 €, hors options.

Photos : Tran Ha / Motor1.com

 

 

Points positifs

Points négatifs
Agrément de conduite et comportement routier Visibilité arrière restreinte
Présentation et équipement valorisants Quelques défauts de finition
Ergonomie du poste de conduite   
Lire l'essai completVoir moins