Le diesel, si mal aimé en France et ailleurs, bénéficie encore de quelques qualités, dont les consommations notamment.

Dans notre métier, aujourd'hui, nous sommes amenés à essayer de plus en plus de voitures électriques – par voiture, je parle essentiellement de SUV bien évidemment – et de moins en moins de diesel. Le diesel, cette énergie adulée en France et même plus globalement en Europe jusqu'au milieu de la décennie actuelle, est devenu en l'espace de quelques mois persona non grata. Le problème, c'est que les constructeurs bénéficient d'une banque d'organes encore bien fournie de moteurs diesel et plus généralement ce qui gravite autour. Certains moteurs, développés récemment, ne sont même pas encore amortis. Ces moteurs, les constructeurs ne peuvent évidemment pas les jeter du jour au lendemain. Du coup, les ingénieurs ont pour mission de les rendre encore plus propre, sans tricher idéalement, pour qu'ils puissent en tirer profit le plus longtemps possible jusqu'à ce que l'épée de Damoclès du législateur tombe d'un coup d'un seul. En attendant, le diesel reste toujours avantageux fiscalement parlant pour les entreprises. Il est néanmoins de plus en plus concurrencé par les hybrides et les électriques.

Essai Renault Clio diesel

Sacré coup de jeune

Quoi qu'il en soit, la nouvelle Renault Clio bénéficie d'un moteur diesel à son catalogue, le fameux quatre cylindres 1,5 litre dCi développant ici 115 chevaux. C'est un bloc déjà éculé au sein de l'industrie automobile d'une manière générale, puisqu'il sert de base pour les plus petits moteurs diesel chez Daimler pour ne citer qu'eux. Avant de vous en parler plus longuement, attardons-nous sur la vraie nouveauté de cette Clio. Non, ce n'est pas son design, qui n'est autre qu'un mélange entre l'ancienne Clio et l'actuelle Mégane – avec des optiques arrière de Renault Scénic −, mais plutôt à son habitacle entièrement nouveau. Notre modèle d'essai, basé sur la finition "Intens", est évidemment bardé de tous les plus beaux inserts et de toutes les options possibles pour nous en mettre plein les mirettes. Force est de constater que c'est vraiment pas mal. Non, en réalité c'est même très bien vu de là où vient la Clio IV. Ne vous attendez pas à quelque chose d'aussi impeccable qu'une Audi A6 évidemment, mais ce sera déjà au-dessus de ce que propose la nouvelle A1 par exemple. Oui, l'A1, rien que ça. Il faut dire que la Française n'a vraiment rien à envier à l'intérieur à l'Allemande. Elle fait même mieux avec des matériaux moussés en partie haute, des plastiques bas toujours durs mais de bien meilleure qualité, le tout avec des assemblages corrects. Nous apprécions également l'ergonomie à bord avec cet écran tactile central (écran de 9,3 pouces en option à 350 euros) qui regroupe quasiment toutes les fonctions, ou encore ces boutons en cascade façon aviation très inspirés des "toggle switches" de chez Peugeot. Il y a même une instrumentation partiellement numérique sous les yeux du conducteur. On regrette néanmoins l’impossibilité de modifier à sa guise l'affichage des compteurs.

Essai Renault Clio diesel
Essai Renault Clio diesel

Petit appétit

Contact et le moteur diesel s'allume avec une sonorité toujours loin d'être belle − et même moche de près − mais c'est tout de même plus discret par rapport à d'anciens blocs diesel que nous connaissions. Pour notre version d'essai, pas de boîte EDC à double embrayage mais une bonne vieille boîte manuelle à six rapports, avec un sixième rapport qui ne sert pas à grand-chose en matière d'agrément, si ce n'est abaisser légèrement les consommations sur autoroutes à rythme constant. Le souci, c'est que vous serez obligé de baisser d'un ou deux rapports pour pouvoir retrouver un tant soit peu de puissance pour doubler. De ce fait, le peu de carburant économisé sur ce sixième rapport sera sans doute gommé par le gros coup de gaz émis après le rétrogradage pour dépasser. Nous nous sommes épargnés l'exercice du 80 à 120 km/h sur le sixième rapport, nous y serons sûrement peut-être encore. Cela dit, trêve d'être mauvaise langue, c'est aussi grâce à ce sixième rapport que nous avons pu enregistrer une moyenne sur 600 kilomètres de seulement 4,5 l/100 km. De mémoire, je n'avais encore jamais vu ça d'afficher sur un tableau de bord, ou bien sur une Toyota Corolla en milieu urbain à la rigueur, surtout en roulant parfois de manière dynamique sur les petites routes désertes. "Pourquoi rouler n'importe comment alors qu'il est en Clio ?" Bonne question, à laquelle je vais répondre évidemment. D'une part parce que j'apporte une importance particulière au comportement dynamique d'une voiture, aussi conventionnelle soit elle, et de deux, tout simplement parce que c'est amusant de remarquer à quel point nos voitures modernes, et toute leur armada de technologies embarquées, sont sécurisantes. Tout cela dans un seul but : vous informer si cette voiture est capable d'emmener rapidement votre femme sur le point d'accoucher à l’hôpital. "Pour vous servir", qu'il disait.

Essai Renault Clio diesel
Essai Renault Clio diesel

Petite routière qui sait presque tout faire

La réponse est bien évidemment positive, cette Renault Clio est une voiture bien née et qui étonne par un comportement à la fois rigoureux en conduite dynamique et suffisamment sécurisant. La Clio s'apprécie aussi globalement par sa souplesse d'utilisation. Toutes les commandes sont douces, de la direction à l'embrayage, en passant par le moteur qui n'émet aucune vibration. En revanche, sur autoroute à 130 km/h, nous avons le droit à un bruit omniprésent du moteur qui envahit l'habitacle et qui détériore globalement le confort acoustique. Dommage car ce moteur s'est montré plutôt discret à bas régime. Une vraie mini routière cette Clio ? Sans aucun doute. Sa souplesse d'utilisation et son faible appétit devrait convenir aux gros rouleurs, ceux ne voulant pas forcément entrer en ville après 500 kilomètres d'autoroute avec une grande berline confortable mais pas vraiment à l'aise en milieu urbain. Avec ses 4,05 mètres de long, la Clio est agile et compacte, elle saura tirer son épingle au milieu par rapport aux gros SUV qui gangrènent les boulevards et les parkings urbains.

Économe jusqu'au bout des ongles ?

Pour s'offrir une Clio diesel de 115 chevaux, il faudra compter entre 20'600 euros pour la finition "Life" et jusqu'à 26'100 euros pour la finition "Initiale Paris". Pour notre modèle "Intens", il faudra compter sur un minimum de 22'900 euros, soit 100 euros de plus que la Clio équipée de l'essence TCe de 130 chevaux, automatiquement livrée avec la boîte robotisée EDC. Chose que la version diesel de 115 chevaux ne propose pas encore. La dotation de série est plutôt généreuse en finition "Intens" avec la navigation, la climatisation automatique, les feux 100 % LED ou encore les jantes en alliage de 16 pouces. Du côté de la concurrence, ni la nouvelle Peugeot 208 ni la Citroën C3 proposent plus de 100 chevaux pour un moteur diesel. Chez Volkswagen non plus puisque la marque allemande ne propose qu'un bloc de 95 chevaux, mais avec le choix entre boîte manuelle et DSG. Les 20 chevaux d'écart avec la Polo et les 15 avec le duo Peugeot/Citroën sont-ils vraiment perceptibles ? Pour le moment non, en attendant d'essayer prochainement la nouvelle Peugeot 208. D'autres motorisations passeront sans doute avant dans nos essais cela dit, dont notamment la version 100 % électrique de 136 chevaux. Du côté de la Clio, il faudra attendre le début de la prochaine décennie pour avoir le droit à un groupe motopropulseur hybride et se satisfaire de la Zoé pour une vraie offre 100 % électrique chez Renault. Une stratégie plus tentaculaire mais qui devrait une nouvelle fois porter ses fruits et propulser la Clio et la Zoé en tête des ventes au sein de leurs segments respectifs.

 
Points positifs Points négatifs
Consommations faibles Pas de boîte automatique au catalogue
Habitacle en progression

Design extérieur un peu trop figé

Polyvalence et souplesse d'utilisation Bruit du moteur omniprésent sur autoroute
'

Renault Clio

Motorisation Diesel dCi, quatre cylindres en ligne, 1461 cm³
Puissance 115 chevaux (à 3750 tr/min)
Couple maximum 260 Nm (à 2000 tr/min)
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 9,9 secondes
Vitesse maximum 197 km/h
Longueur 4,05 mètres
Largeur 1,80 mètre
Hauteur 1,44 mètre
Poids 1277 kg (à vide)
Volume de coffre 366 à 1069 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 4,3 l/100 km / Extra-urbain : 3,6 l/100 km / Mixte : 3,2 l/100 km
Émissions 95 g/km de CO2
En vente 2019
Prix de base 17'800 €
Prix de la version testée 26'790 €

Galerie: Essai Renault Clio : 1.5 dCi 115 ch