Les constructeurs proposent tous, ou presque, des SUV de sport. Nous avons essayé les X5 et X6 M. Accrochez-vous, ça va secouer !

Plus grandes, plus fortes, et plus controversées ! Dites bonjour aux BMW X5 M et X6 M. Dieu sait que vous n'aimez peut-être pas ces voitures, mais les chiffres sont parlants. BMW M a vendu environ 20'000 exemplaires de chacune des deux générations précédentes ! La course à la puissance n'est sans doute pas terminée.

Les concurrents ont la rage à l'image d'Audi Sport avec le RS Q8 ou de Mercedes-AMG avec le GLE 63. N'oublions pas aussi le Lamborghini Urus et l'Aston Martin DBX. Chez Motor1.com, nous avons plus ou moins abandonné l'idée de parler du sens et de l'absurdité de ces voitures. Nous savons qu'elles sont très appréciées par une certaine clientèle, et il y a donc des raisons qui expliqueraient leur succès. 

Il va y avoir du sport

La BMW X5 45e nous a impressionnés, même si elle ne dispose pas du furieux huit cylindres avec 600 ou même 625 ch sous le capot. Ce moteur est comment dire... très puissant. Il n'a aucun mal à mouvoir les 2,4 tonnes du SUV. Il est, il faut le dire, plus vif que le V8 d'Audi Sport, même si ce dernier ne mérite à aucun moment d'être critiqué. Dans le cas du X5 M, il vous propulse de 0 à 100 km/h en 3,8 secondes et peut même vous propulser à 250 km/h (vitesse limitée électroniquement), voire 290 km/h si vous optez pour l'option. La boîte ZF est remarquable. Sans sa configuration M, elle passe les rapports à une vitesse assez incroyable. Même si la BMW X5 M reste un SUV, je peux vous assurer que cette voiture est terrifiante, choquante, voire trop sportive : on n'en demandait pas autant !

Galerie: Essai BMW X6 M (2020)

De simples chars d'assaut ? 

En début d'article, je vous disais que ces véhicules n'ont pas de sens pour moi. Mais après cinq heures à leur volant, je peux vous dire qu'ils sont aussi sportifs que n'importe quels bolides. Les détracteurs diront qu'ils ne sont bons qu'à rouler en ligne droite, eh bien détrompez-vous ! Curieusement, ces deux SUV n'ont pas besoin de roues arrière directrices pour enchaîner les courbes. Le constructeur de Munich a méticuleusement travaillé sur les trains roulants. De plus, la direction est d'une précision exemplaire, c'est aussi bien que n'importe quelle GT ou supercar.

BMW X5 M (2020) im Test
BMW X6 M (2020) im Test

Le carrossage de l'essieu avant est plus important, les pneus Michelin Pilot Sport 4S sont collés au bitume (dans les tailles totalement absurdes 295/35/21 et 315/30/22) et la direction est réglée à la perfection. Les quatre roues motrices, y compris le blocage actif de l'essieu arrière, proviennent de la M5, tout comme le reste du groupe motopropulseur. Et comme il n'est pas possible aujourd'hui de lutter contre ces poids lourds sans l'intervention de l'électronique, ces engins disposent d'un contrôle actif du roulis. 

Les X5 M et X6 M offrent même aux pilotes les plus exigeants un plaisir de conduire de premier ordre. C'est incroyable que de voir des SUV se comporter ainsi.

L'agilité est au rendez-vous, tout comme la stabilité que nous n'avons pas réussi à mettre en défaut. Les X5 et X6 M tiennent mieux le bitume qu'une Audi RS Q8. Rien n'y fait, le train avant mord carrément la route pour que l'arrière ne décroche pas. Dans les courbes, ces SUV se comportent de manière exemplaire. Certes, la direction est peu communicative, mais la précision est toujours là. Jusqu'à présent, je ne connaissais que le Porsche Cayenne S, mais il pèse 300 kilos de moins et n'a pas de gros V8 sous le capot.

Tout n'est pas rose

Le prix de ces deux SUV est assez élevé, mais ce n'est pas une surprise... De plus, on peut formuler des reproches sur le confort à bord, même s'ils n'ont pas la prétention d'être confortables. Certes, les suspensions adaptatives sont paramétrables, mais ne vous trompez pas, cela reste trop ferme dans l'ensemble.    

Sur l'autoroute, vous ne remarquerez bien sûr pas grand-chose, tout fonctionne assez bien. Mais quand la route devient un peu plus mauvaise, il faut avoir l'estomac bien accroché. Les passagers ressentent absolument toutes les imperfections de la route ; ce n'est vraiment pas pratique et agréable pour une utilisation quotidienne. 

BMW X6 M (2020) im Test
BMW X6 M (2020) im Test

Pour répondre à la question du sens, j'ai ma petite idée. Nous avons ici deux SUV de cinq mètres de long pesant presque deux tonnes et demie. Toutefois, ils sont agiles et plus rapides que bon nombre de voitures de sport. De plus, ils accélèrent tellement fort que nous avons l'impression d'être sur une moto de course. Y a-t-il vraiment des personnes qui rêveraient de posséder ces engins ? Nous pensons que oui, mais que leur nombre est très faible. En fait, nous croyons que les ingénieurs ont réalisé ces voitures pour montrer ce dont ils sont capables. BMW a déjà dépassé les bornes avec les X3 M et X4 M. Le constructeur va plus loin avec ces X5 Met X6 M, qui sont, comme l'aurez compris, ridiculement trop puissants. 

Parlons de l'habitacle

BMW a toujours mis l'accent sur le dynamisme. Avec les X5 M et X6 M, c'est plus que ça, d'autant plus que ces SUV sont très faciles à manier. Pour couronner le tout, l'habitacle de ces mastodontes est sportif, mais aussi très luxueux. Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir le cockpit du X6 M. Ici, vous êtes assis légèrement plus bas que dans le X5 M, et il y a de petites différences au niveau des panneaux de porte. 

Que ce soit dans l'un comme dans l'autre, la finition est exemplaire, les matériaux sont de très bonne facture et les sièges sont très enveloppants. L'espace arrière est bon, mais il n'est pas aussi grand que celui des concurrents. L'Audi RS Q8 en offre par exemple davantage, tout comme le Porsche Cayenne. Enfin, le volume de chargement du coffre est inchangé par rapport aux modèles standards. Le X5 M affiche 650 litres, tandis que le X6 M se contente de 580 litres.  

BMW X6 M (2020) im Test
BMW X6 M (2020) im Test
BMW X6 M (2020) im Test

Ces SUV survitaminés ont des équipements qui leur sont spécifiques. Il s'agit notamment du pommeau de vitesse et des boutons rouges sur le volant M pour enregistrer vos paramètres de mode de conduite. Le bouton "Setup" situé sous le bouton rouge de démarrage/arrêt est également très pratique. Il ouvre un menu sur l'écran central, où vous pouvez configurer plusieurs paramètres tels que la transmission, le châssis et la direction.

Dois-je l'acheter ?

J'ai rarement été aussi divisé que dans ce cas. À mon avis, le "confort de conduite" des X5 M et X6 M est très difficile à digérer. Je ne sais pas si je voudrais cela tous les jours alors que j'ai dépensé plus de 100'000 euros pour une voiture qui n'est finalement pas très confortable. D'autre part, il y a ce V8 et ce dynamisme qui sont difficiles à battre dans cette catégorie. En fait, avant de signer le bon de commande, il faudrait essayer les X5 M50i et X6 M50i qui ont le même moteur, un comportement presque aussi dynamique, mais apportent un peu plus de confort.

Galerie: Essai BMW X5 M (2020)

Fiche technique BMW X5 M Competition

Motorisation V8 bi-turbo de 4,4 litres
Type de transmission Transmission intégrale
Transmission Boîte ZF à huit rapports
Puissance 625 ch à 6000 tr/min
Couple maximum 750 Nm entre 1800 et 5800 tr/min
0-100 km/h 3,8 secondes
Vitesse maximum 290 km/h
Poids 2385 kg
Volume de coffre 650 litres
Traction 3000 kg
Émissions 291 g/km
Prix de base 145 399,99 euros