Après notre voyage en McLaren GT, le constructeur de Woking nous a proposé d'essayer sa supercar, la 720S. Ces tests consécutifs nous ont permis d'apprécier chaque modèle à sa juste valeur car ce sont deux voitures complètement différentes. La McLaren 720S nous a bien plus secoués que sa petite sœur, pour la conduire, il fallait avoir le cœur bien accroché et des talents de pilote qui ne s'improvisent pas.

Nous avons pris le volant de la McLaren 720S avec beaucoup d'émotions. C'est une voiture extravagante et sensationnelle. Où que vous soyez, à Lyon comme à Monaco, les gens s'arrêtent quelques secondes pour admirer ses lignes sculpturales en prenant soin d'immortaliser le moment par une photo. Nous avons été surpris par le nombre de personnes qui ne reconnaissaient pas la marque de la voiture : "Monsieur, c'est une Bugatti ? Lamborghini ?" Non ! C'est une McLaren. D'autres, pourtant moins indifférents à l'automobile, pensent que McLaren appartient à Mercedes.

Essai McLaren 720S
Essai McLaren 720S

Si vous voulez mener une vie tranquille, ne roulez pas en 720S. Telle une star lassée par sa célébrité, les questions à répétition, les photos à foison et les regards insistants vous empêcheront de rouler comme des gens normaux.

Mais il y a un point positif à ça, car la McLaren 720S donne le sourire aux petits comme aux plus grands et impose le respect. Il faut dire qu'avec un engin pareil, vous n'avez vraiment pas besoin d'insister pour doubler ou vous insérer. Cela est assez rare pour le souligner, c'est l'une des rares fois que nous faisons cette expérience.

Essai McLaren 720S

Le style de la 720S est unique (mais dans la lignée des autres McLaren). Elle est basse, large et hyper aérodynamique. Le design semble avoir été minutieusement étudié par les aérodynamiciens anglais. Les entrées et sorties d'air sont partout, rien n'a été fait au hasard. Contrairement à la GT, la 720S à un aileron actif qui peut rester ouvert ou fermé. Il fait également office d'aérofrein en cas de freinage appuyé. Le voir en action à travers le rétroviseur central est un spectacle.

La configuration de notre voiture est particulièrement aguicheuse. Avec sa couleur "Paris Blue" et ses éléments en carbone, cette 720S frôle la perfection. Le carbone est roi à l'intérieur comme à l'extérieur. "Elle est trop énervée", c'est peu de le dire. Elle ne ressemble vraiment à aucune autre voiture, c'est un OVNI. Ses portes à ouverture en élytre et sa lumière rouge illuminant le moteur font leur petit effet. À vrai dire, il est difficile de critiquer quoi que ce soit, le reste est une question de goût.

Essai McLaren 720S
Essai McLaren 720S

L'accès à bord n'est pas de tout repos, le sport commence dès cette étape pourtant si anodine sur les autres voitures. Les sièges ont été conçus de telle sorte que les passagers soient bien maintenus, et on peut vous certifier que c'est bien le cas car l'assise vous oblige à serrer les jambes.

Inutile de préciser qu'elle n'est pas du tout confortable, surtout si on la compare à la McLaren GT qui pour le coup est plus indulgente avec le corps humain. Nous étions bien contents de faire des pauses régulières pour nous dégourdir les jambes. Pour optimiser le poids de la voiture, l'habitacle ne dispose d'aucun morceau de cuir, tout est fait d'Alcantara et de Carbone. L'écran central (dont les fonctionnalités sont réduites au strict nécessaire) est orienté vers le conducteur afin que ce dernier puisse l'utiliser facilement sans se déconcentrer de la conduite.

Essai McLaren 720S

La console centrale ne dispose que de très peu de boutons qui servent à modifier les modes de conduite du moteur et du châssis. Comme vous l'aurez compris, l'intérieur de la 720S respire le sport, nous étions pressés de démarrer la bête.

Essai McLaren 720S
Essai McLaren 720S

Une pression sur le bouton rouge et le V8 prend vie. Le démarrage à froid se fait dans un boucan à tel point que vos voisins finiront par vous haïr. Brutale, la McLaren 720S n'est pas très à l'aise à basse vitesse, son moteur a besoin d'oxygène et déteste rouler en ville. Souvent, la consommation s'élevait à plus de 30 l/100 km. Une fois, le tableau de bord a même affiché une consommation de 50 l/100 km.

Nous avons rapidement soulagé la souffrance du V8 en emmenant la supercar en balade sur de superbes routes. Nous avons pris une claque monumentale et avons rapidement compris que cette voiture était trop puissante pour rouler sur route ouverte. Son truc à elle, c'est le circuit, et nous pouvons vous affirmer que c'est la seule fois où nous n'avons pas pu exploiter une voiture à son plein potentiel.

Essai McLaren 720S

En mettant pied au plancher, le moteur s'emballe et vous propulse à des vitesses folles. Le V8 monte dans les tours sans jamais s'arrêter, l'excellente boîte (qui vous secoue à chaque passage de vitesse) n'a même pas le temps de passer au rapport supérieur que le virage vous saute au visage. L'utilisation des palettes au volant devient rapidement essentielle, bien que le moteur ne délivre plus son couple maximal.

Rappelons que le 0 à 100 km/h est expédié en 2.9 secondes, et que le 0 à 200 km/h est pulvérisé en un peu plus de 7 secondes. Vous en voulez encore ? La vitesse maximale est de 341 km/h. Vraiment, pour profiter au maximum de la supercar, il faut avoir un sacré coup de volant et la piloter sur circuit.

Essai McLaren 720S
Essai McLaren 720S

Légère, la McLaren 720S ne pèse que 1413 kg, et cela se ressent au volant. Tout comme la McLaren GT, le conducteur ne fait qu'un avec la voiture d'autant plus que la direction est d'une précision chirurgicale. Les plus aguerris apprécieront son train arrière mobile, encore faut-il que les conditions soient réunies pour en profiter pleinement.

Un dernier mot sur les freins en carbone céramique qui sont endurant et qui offrent un mordant assez génial une fois pincés par les étriers à 6 pistons (4 pistons à l'arrière) Bref, c'est une machine à sensations, nous avons même eu un pincement au cœur en rendant les clés.

Les points positifs Les points négatifs
Design hyper agressif et aérodynamique Consommation forcément élevée 
Puissance époustouflante à non plus finir Système d'info-divertissement à améliorer 
Châssis réglé aux petits oignons  

Galerie: Essai McLaren 720S

McLaren 720S Coupé

Motorisation Essence, 8 cylindres en ligne, 3994 cm³, bi-turbo
Puissance 720 chevaux (à 7500 tr/min)
Couple maximum 770 Nm (à 5500 tr/min)
0-100 km/h 2,9 secondes
Vitesse maximum 341 km/h
Transmission Boîte de vitesses automatique à sept rapports
Type de transmission Propulsion
Longueur 4,54 mètres
Largeur 1,93 mètre
Hauteur 1,20 mètre
Poids 1322 kg (à vide)
Volume de coffre 210 litres
Places 2