Essai Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio - De fer et de souffre

Dans sa déclinaison Quadrifoglio, la sage Alfa Romeo Giulia se mue en une berline dévergondée qui ne connaît quasiment aucune concurrente sur le marché. C’est que les fées qui se sont penchées au dessus de son berceau lui ont offert un V6 biturbo de 510 ch, fort d’un couple de 600 Nm ! Le tout transmis sur le train arrière afin d’assurer au modèle un comportement éminemment sportif et dynamique. Et en la matière, les ingénieurs italiens, aidés par leurs collègues de chez Ferrari, n’ont pas loupé le coche. La Giulia Quadrifoglio est bel et bien la berline compacte la plus pimentée du moment !

Celle-ci affiche des mensurations très proches de la Série 3 de BMW. Elle exhibe une silhouette revancharde, dominée par des boucliers spécifiques qui feraient presque passer la Giulia classique pour une sainte. Le modèle reçoit aussi des jupes évasées, soulignées de carbone tandis que la partie postérieure s’orne d’un diffuseur monumental, rehaussé de quatre sorties d’échappement. Voilà qui en dit long ! Et lorsque le tout se pare d’une livrée rouge rubis, vous obtenez une voiture qui, à tous les coups, fera tourner la tête des badauds qui auront la chance de croiser votre chemin.

Même scénario dans l’habitacle, avec un style mêlant dynamisme et élégance. Alfa Romeo n’a retenu que des matériaux de qualité, à l’image de la planche de bord qui est recouverte de cuir, rehaussé de coutures rouges. La qualité est également au rendez-vous en ce qui concerne les interfaces embarquées, celles-ci...