Selon Transport & Environment, les Mercedes consommeraient 55% de carburant en plus qu’indiqué initialement.

La Fédération européenne pour le transport et l’environnement n’y va pas par quatre chemins. Entre les consommations de laboratoire annoncées par Mercedes et les résultats réels, la différence est de taille. La Fédération a ainsi remarqué que sur les Mercedes Classe A, C et E, les différences de résultats s’échelonneraient entre 54 et 56 % par rapport à ce qui est annoncé par les brochures de la marque à l’étoile. Une annonce qui coûterait notamment 550 euros de budget supplémentaire aux propriétaires de ces voitures.

Pour la classe C, par exemple, les résultats diffèrent de 54%. À titre de comparaison, ceux de la Passat diffèrent de 46%. Un chiffre largement différent de ceux obtenus en laboratoire. Ces derniers ne sont cependant pas fiables, comme l'ONG l'avait prouvé, l'an dernier, et la norme acceptable selon T&E est 50 % de marge d’erreur. 54%, ce n’est donc pas un résultat anodin. De quoi, selon l'organisme non-gouvernemental (ONG), se questionner sur un éventuel logiciel qui détecterait quand la voiture est testée, afin d’abaisser artificiellement les émissions.

Lire aussi:

Un chiffre qui alarme l’un des responsables de Transport & Environment, Greg Archer, directeur de la section véhicules propres : "Les voitures qui consomment 50% de carburant de plus que ceux annoncés par la publicité trompent les consommateurs et les règles environnementales."

L’homme va plus loin et demande aux gouvernements de faire la lumière sur ces défauts de résultats. "À moins que nous voulions que les Américains fassent de nouveau le travail de l'Europe, la Commission et les autorités nationales chargées de l'homologation des véhicules doivent enquêter sur Mercedes et Audi et déterminer si elles utilisent des dispositifs pour passer le test."

2016 Mercedes A Class with AMG body kit
2018 Mercedes C-Class facelift spy photo
Mercedes E-Class

Du côté de Mercedes on préfère attendre plus de précisions : "Nos voitures sont homologuées et conformes aux réglementations en vigueur", explique-t-on. "Ces mesures manquent de transparence. Nous manquons d'informations par rapport à cette étude, notamment sur la méthode des tests, des véhicules essayés, des motorisations testées. Devant ce manque de transparence, nous ne pouvons réagir." 

La marque à l'étoile regrette également qu'aucune mention ne soit faite du nouveau quatre cylindres diesel (OM 654). Celui-ci est le premier moteur à répondre aux futures normes européennes, rentrant en vigueur en septembre 2017, à avoir été commercialisé.

Problème général

Cependant, Mercedes n’est pas la seule marque montrée du doigt. En moyenne, les écarts entre les résultats en laboratoire et ceux obtenus dans la réalité ont bondi de 28% de moyenne en 2012 à 42 en 2015 ! Alors que la moyenne était de 14% en 2005. Audi, Smart, Peugeot, Toyota… Nombreux sont les constructeurs dont les résultats sont différents de la réalité.

Les différences entre les données constructeurs sur la consommation et la réalité

Position Marques Écart moyen
1. Mercedes 54%
2. Smart 49%
-. Audi 49%
4. Volvo 47%
5. Mini 45%
-. Peugeot 45%
7. BMW 43%
-. Toyota 43%
9. Ford 42%
10. Nissan 41%
11. Volkswagen 40%
-. Citroën 40%
13. Renault 39%
14. Opel 38%
15. Škoda 37%
16. Fiat 35%

Des chiffres menteurs, qui entraînent des dépenses supplémentaires pour les utilisateurs de ces autos. Toujours selon Transport et Environment, cela pourrait représenter 550 euros d’écart. Greg Archer s’indigne : "Il n'y a eu aucune amélioration du rendement énergétique moyen des nouvelles voitures pendant quatre ans parce que les constructeurs automobiles manipulent les tests afin d’atteindre leurs cibles de CO2. En conséquence, les conducteurs sont trompés et forcés d'acheter plus de carburant, les gouvernements fraudés de leurs recettes fiscales, et les objectifs climatiques minés. Plus d'un an après le Dieselgate, nous demandons à Berlin et à la Commission européenne d’aller plus au fond de cet "Autogate"."

Mitsubishi GT-PHEV concept Paris Motor Show
Concept Volkswagen I.D. Mondial de l'Automobile

Le gouvernement français mène notamment des enquêtes sur les émissions excessives de plusieurs véhicules, notamment Renault. Depuis 2015, le groupe Volkswagen-Audi est dans la tourmente suite aux révélations du Dieselgate, et plusieurs marques ont été montrées du doigt sur les résultats erronés de leurs mesures, notamment FCA et Mitsubishi. 

Source : Transport & Environment

Lire aussi: