Volvo est un constructeur sino-suédois.

Vous le savez sans doute, Volvo appartient depuis quelques années déjà au constructeur chinois Geely. En conséquence, le Suédois développe considérablement son activité en Asie, et tourne de plus en plus le dos à l'Europe.

Aujourd'hui, une nouvelle étape symbolique vient d'être franchie, avec l'acheminent sur le Vieux Continent de S90 assemblées en Chine, dans l'usine de Daqing. Pour mener à bien cette opération, Volvo utilisera une nouvelle liaison ferroviaire qui permettra d'amener les voitures à bon port, c'est-à-dire dans le centre de distribution de Zeebrugge, en Belgique.

Cette initiative fait partie intégrante du projet global OBOR (One Belt, One Road, ou en français Une ceinture, Une route), qui vise à recréer une dynamique autour de la route de la Soie. Dans les faits, ce ne sera pas la première fois qu'une Volvo fabriquée en Chine foulera le sol d'un pays occidental. En 2015 déjà, le constructeur a commencé à exporter aux États-Unis des S60 Inscription assemblées dans l'Empire du Milieu, lequel accueillera bientôt la production d'autres modèles suédois (comme les S40 et XC40 ou les prochains modèles "60").

China-made Volvo S90 heading to Europe
China-made Volvo S90 heading to Europe

Chaque train sera en mesure de transporter environ 225 voitures, à raison de trois véhicules par conteneur. Un convoi sera organisé chaque semaine, avant que la cadence ne s'accélère au fil du temps. À terme, toutes les S90 seront assemblées en Chine.

Les premières S90 venues de Daqing arriveront à Zeebrugge le 31 mai. Le convoi croisera d'ailleurs la route du premier ministre chinois Li Keqiang, en visite en Belgique à ce moment là. L'homme politique rencontrera à cette occasion Li Shufu, le président du conseil d’administration de Volvo, et Håkan Samuelsson, le PDG de Volvo. 

Lire aussi :

 

Les Volvo S90 chinoises arrivent en Europe