Et déterre à cette occasion l'appellation GSi.

Fraîchement dévoilée, la nouvelle génération d'Insignia montre déjà les dents et s'offre une première déclinaison sportive, la GSi. Attendue à Francfort, en septembre, elle se place aujourd'hui au sommet de la gamme Insignia, avant l'arrivée éventuelle d'une variante OPC encore plus méchante. Au passage, on remarquera qu'Opel reprend un patronyme introduit sur les Kadett et Manta en 1984, puis utilisé par la suite sur les Astra et Corsa jusqu'en 2012. 

Opel Insignia GSi
Opel Insignia GSi
Opel Insignia GSi

Forte de 260 ch, l'Insignia GSi affiche des ambitions sportives mais reste plutôt discrète. Elle bénéficie tout de même de boucliers subtilement revus, d'un discret spolier arrière, de sorties d'échappement chromées et de jantes 20". L'intérieur est dans la même veine et adopte notamment des sièges sport tendus de cuir, un volant à méplat et un pédalier alu.

Passée cette petite présentation, abordons maintenant le chapitre technique. L'Insignia GSi loge sous son capot un quatre-cylindres 2,0 litres turbo de 260 ch et 400 Nm de couple. Ce bloc est associé à une boîte automatique huit rapports avec palettes au volant et à une transmission intégrale. Pour le reste, Opel promet aussi un châssis plus dynamique, des freins Brembo, une direction plus incisive et différents modes de conduite.

Lire aussi :

En revanche, le constructeur allemand ne communique aucune donnée en matière de performances. Il se contente d'annoncer que l'Insignia GSi est plus rapide que sa devancière, l'Insignia OPC 2,8 litres V6 Turbo, sur le Nürburgring, et ce en raison d'un poids moindre. Plus tard, la famille GSi accueillera une nouvelle variante carburant au diesel, dont les détails restent à connaître. Mais le clou du spectacle pourrait donc être l'Insignia OPC, encore plus affûtée !

Lire aussi :

 

Opel Insignia GSi