Face aux départs des principaux concurrents en LMP1, il fallait réagir. Calendrier, LMP1, équivalences : le WEC change tout !

L'ambiance n'était pas forcément à la fête au sein de l'ACO et la FIA, depuis l'annonce du retrait de Porsche du championnat, en fin de saison. Après des 24 Heures du Mans surprenantes, et les départs de Nissan, Audi puis Porsche en deux ans, les instances sportives devaient réagir pour relancer l'intérêt du championnat FIA WEC.

Lire aussi:

Alors que la sixième saison sous la forme actuelle se poursuit à Mexico ce week-end, les organisateurs ont annoncé de grands changements pour la saison 2018, qui va se courir... sur deux ans ! Le calendrier, qui basculera désormais sur un format sur deux années, nécessitant une saison de transition qui durera pas moins de 18 mois en 2018-2019 !

24 Heures du Mans 2017

"Ce calendrier provisoire (sous réserve de l'approbation du Conseil Mondial de la FIA) 2018-2019 verra se disputer quatre courses en 2018 et quatre autres en 2019, dans le cadre d'une "super saison" de 18 mois - pour un budget identique à 2017", précisent Pierre Fillon, président de l'ACO, et Gérard Neveu, directeur général du WEC. "Cette saison de transition sera exceptionnelle à plusieurs titres : les WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps seront courues deux fois et, mieux encore, ce sera également le cas pour les 24 Heures du Mans."

"Grâce à ce nouveau format de calendrier, le nombre de courses sera réduit de 9 en 2017 à 8 en 2018-2019 (sur 18 mois) puis à 7 en 2019-2020, ce qui devrait devenir le nouveau 'rythme de croisière' du WEC à l'avenir."

Calendrier FIA WEC 2018-2019

5-6 avril 2018  Prologue - Circuit Paul Ricard**
4-5 mai 2018  6 Heures de Spa-Francorchamps
16-17 juin  24 Heures du Mans
13-14 octobre  6 Heures de Fuji
3-4 novembre  6 Heures de Shanghai
Février 2019 À confirmer
15-16 mars 2019  12 Heures de Sebring*
3-4 mai 2019  6 Heures de Spa-Francorchamps
15-16 juin 2019  24 Heures du Mans

* Les 12 Heures de Sebring seront combinées avec le championnat d'endurance américain IMSA WeatherTech Championship, mais deux courses séparées seront disputées : le samedi de 10h00 à 22h00 (IMSA WeatherTech), puis dans la foulée, de minuit à midi la course du FIA WEC.

** Le Prologue du Circuit Paul Ricard offrira aux équipes la possibilité de réaliser des simulations d'endurance complètes de 36 heures afin de préparer les 24 Heures du Mans.

Le LMP1 uniformisé et simplifié

Ce sont surtout les décisions concernant le LMP1 qui étaient attendues. La catégorie reine semble en péril dans sa forme actuelle, subissant coup sur coup les départs d'Audi en 2016 et de Porsche à la fin de cette saison. Une situation d'autant plus compliquée que Toyota n'est pas assuré d'en être en 2018.

Ainsi, le LMP1 privé, qui permettait aux concurrents hors constructeurs de prendre le départ dans la catégorie reine, va disparaître pour laisser la place à une catégorie unique, mais dans laquelle les indépendants auront davantage la possibilité de défendre leurs chances face aux constructeurs.

"Afin de rendre possible l'accès à cette catégorie à partir de la saison 2018-2019, le niveau de performance des prototypes actuels non-hybrides, géré par l'équivalence technologique, sera aligné sur l'actuelle règlementation LMP1 hybride", annoncent les organisateurs. "Chaque concurrent engagé en LMP1 disposera du même potentiel, indépendamment du type de moteur utilisé. Mais un léger avantage restera en faveur des propulseurs hybrides en termes d'autonomie, grâce à leur moindre consommation de carburant."

24 Heures du Mans 2017

"Aucun changement ne sera effectué sur l'actuelle règlementation châssis (seuls les châssis LMP1 sont éligibles) mais, afin de faciliter l'accès à la catégorie LMP1, un choix élargi et moteurs sera proposés. En fonction des critères sélectionnés, une Equivalence de Technologie sera mise en place entre les moteurs turbocompressés et atmosphériques (comme ce fut le cas par le passé entre les moteurs essence et diesel)."

Lire aussi:

Les modifications vont se poursuivre dans la catégorie, avec une refonte du règlement LMP1 évoqué en ouverture des 24 Heures du Mans cette année. La possibilité de parcourir un kilomètre en tout électrique après un arrêt aux stands est d'ores et déjà abandonnée.

24 Heures du Mans 2017

"Grâce à toutes ces décisions, nous avons confiance dans le fait de voir en piste un plateau complet et très compétitif", se félicite Pierre Fillon. "Nous sommes déjà en discussion avec plusieurs constructeurs et écuries privées qui étudient sérieusement leur entrée en LMP1 à partir de 2018-2019, tout en prenant en considération le fait que les plateaux LMP2 et GTE sont déjà importants, avec un très haut niveau d'engagement pour l'avenir."

Source: Motorsport.com

Best of - Nos plus belles photos des 24 Heures du Mans