La firme allemande, dont le rachat a été finalisé par PSA au mois d'août, aurait perdu près de 210 millions d'euros lors des trois derniers mois.

PSA doit-il déjà s'inquiéter du rachat de la marque Opel ? Alors que la prise de contrôle par le groupe français a été finalisée le 1er août, la marque allemande aurait perdu près de 210,8 millions d'euros lors des trois derniers mois, selon l'hebdomadaire Automobilwoche. Selon deux sources internes, Opel perdrait ainsi quatre millions d'euros par jour d'activité. Cette perte estimée s'ajoute aux 210 millions d'euros déjà perdus lors du premier trimestre 2017.

Lire aussi:

Cela fait désormais 18 ans qu'Opel n'arrive plus à dégager de bénéfices. Une situation dont Carlos Tavares semble être conscient : "Un certain nombre de bonnes choses ont été faites sous la houlette de General Motors", a-t-il expliqué, en mai dernier, lors de l'assemblée générale de PSA avant d'ajouter : "Mais nous devons reconnaître que les pertes sont réelles et qu'elles seront toujours là en 2017."

Opel Grandland X

Carlos Tavares, Président du Directoire de PSA, a cependant insisté en août dernier sur "la naissance d'un véritable champion européen". Et d'ajouter : "Nous aiderons Opel et Vauxhall à redevenir rentables et nous aspirons à établir ensemble de nouvelles références pour l'industrie. Nous allons libérer le potentiel de ces marques emblématiques et libérer l'énorme potentiel de ses talents en place. Opel restera allemande, et Vauxhall restera britannique. Elles sont en parfaite adéquation avec notre portefeuille actuel de marques françaises, Peugeot, Citroën et DS Automobile." 

Jusqu'ici propriété de Général Motors depuis 1927, Opel et sa branche britannique Vauxhall ont été reprises en début d'année par le groupe PSA. Un plan de redressement est actuellement en cours d'étude pour Opel, plan que PSA s'était appliqué au milieu des années 2010, alors que le groupe était en situation périlleuse. Pour Opel, l‘objectif est de repasser dans le vert d‘ici 2020 et d‘atteindre une marge opérationnelle de 2% à cet horizon, puis de 6% en 2026.

Lire aussi:

PSA finalizes deal for Opel/Vauxhall
Opel Insignia GSi and Grandland X

Pour le moment, l'arrivée d'Opel au sein du groupe en est à ses balbutiements. Ainsi, les premières réunions pour l'intégration de la marque au blitz ont commencé la semaine dernière, avec la présence des dirigeants de GM, PSA et Opel. Toujours selon Automobilwoche, les futures Opel devraient recevoir des mécaniques PSA, même si une grande partie des dirigeants va être maintenue. En revanche, des représentants du personnel craignent que seulement 800 employés sur 7'700 soient conservés dans les équipes de développement.

Source : Reuters et Automobilwoche