Une histoire de la marque au "blitz".

L’éclair, Opel y est associé par son logo. Détenue durant des décennies par le groupe américain General Motors (GM), l’annonce juste avant l’ouverture du salon de Genève 2017 de son rachat somme toute conclu en un temps record par PSA a pu surprendre. La marque, dont il ne faut pas dissocier son pendant anglais Vauxhall, va ainsi redevenir européenne et augmenter à la fois le portfolio – et donc plutôt deux fois qu’une, pour le moment en tout cas – et les volumes de PSA lorsque la reprise sera définitivement conclue d’ici la fin de l’année. Pareil événement pour l’industrie automobile européenne et française valait bien un bref résumé historique des principaux jalons de l’histoire d’Opel.

Vous aimerez aussi :

Dossier histoire d'Opel

Fondation et indépendance

La marque est fondée en 1862 par Adam Opel qui se lance d’abord dans la fabrication de machines à coudre. Près de vingt-cinq années plus tard, en 1886, la production se diversifie grâce à la production de bicyclettes. Mais Adam Opel meurt de maladie, relativement jeune, à l’âge de 58 ans. Sa femme et ses fils aînés prennent le relais. En 1899, la toute première automobile de l’entreprise prend le nom "d’Opel Patent Motor Car, System Lutzmann". Sa production est installée dans la ville de Rüsselsheim qui demeure aujourd’hui encore le fief de la marque. C’est cette même automobile qui permet à l’entreprise, sur sa base, de concevoir ses premiers véhicules utilitaires.

Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel

Deux ans plus tard, Opel remporte sa première victoire en sport automobile, dans une course de côte disputée à Königsstuhl, avec un certain Heinrich von Opel au volant de la voiture victorieuse. L’année 1907 voit Opel recevoir le Prix de l’Empereur qui était décerné à la meilleure voiture allemande et devient par la même occasion le fournisseur de la Cour impériale, éminent gage de reconnaissance. Ce qui ne l’empêche pas de lancer deux ans après un véhicule compact et abordable. Connue sous le pseudonyme de "Doktorwagen" (voiture du médecin en allemand), il s’agit d’une deux places 4/8 ch.

Cinquante ans déjà

En 1912, la firme allemande célèbre déjà son cinquantenaire, en même temps que la dix millième voiture sortie d’usine. Deux ans plus tard, Opel est tout simplement le plus grand constructeur automobile allemand. Puis en 1924, la marque à l’éclair procède à un investissement conséquent, d’un montant d’un million de marks, afin de moderniser complètement sa production automobile. L'usine de Rüsselsheim est alors équipée de chaînes de montage ; elle introduit les méthodes de production de masse qui ont déjà commencé à démontrer un certain bien-fondé outre-Atlantique, chez Ford. La première voiture conçue grâce à cette nouvelle organisation est un torpédo 4/12 ch connu sous le nom "Laubfrosch" (La Rainette) en raison de la teinte de sa carrosserie, de couleur verte, ainsi que de ses phares protubérants. Une polémique ne tarde toutefois pas à naître puisque celle-ci ressemble à s’y méprendre à la Citroën Trèfle qui l’a précédée de deux ans. Comme quoi, la copie a déjà eu de beaux jours devant elle !

Dossier histoire d'Opel

L’ère General Motors

Dès 1928 se prépare un changement d’actionnariat. Opel, qui détient 37,5 % du marché allemand, est toujours le plus grand constructeur automobile outre-Rhin. L’entreprise est cotée en bourse juste avant la grande crise de 1929 qui va ravager les économies des pays industrialisés. C’est déjà une reprise par General Motors (GM) qui se dessine en filigrane.

En 1929, General Motors achète 80 % des parts de l'entreprise Adam Opel AG pour un peu moins de 26 millions de dollars, devenant actionnaire majoritaire. Deux ans plus tard, GM est seul maître à bord puisque le géant américain achète les 20 % de parts restantes hors de son contrôle. Opel fait partie de ces entreprises qui auront longtemps mené la production de différents types de produits en parallèle. À la sortie du deuxième conflit mondial, c’est d’abord la production de réfrigérateurs qui reprend, en 1946, puis celle des véhicules de tourisme avec le modèle Olympia, en 1947. Il faut toutefois attendre 1950 avant de voir l’usine de Rüsselheim reconstruite.

Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel

L’année du centième anniversaire, en 1962, le constructeur inaugure une nouvelle usine à Bochum qui est dédiée à la production de la célèbre Opel Kadett qui n’est autre que l’ascendante de l’actuelle Astra. En 1964, Opel renoue avec les véhicules de haut de gamme en dévoilant d’un coup les Kapitän, Admiral et Diplomat lesquels accueillent des motorisations six ou huit cylindres. Mais il est déjà trop tard pour concurrencer les autres marques allemandes comme BMW ou Mercedes qui deviendront les spécialistes du premium que l’on connaît aujourd’hui. D’autres modèles leur succèderont comme la Senator de première génération. Le cœur de la gamme est articulé autour de la compacte Kadett à laquelle s’ajoutera plus tard la petite Corsa.

Dossier histoire d'Opel
Dossier histoire d'Opel

Au tout début des années 1990, Opel bénéficie des services de Lotus, alors détenu par GM, pour commercialiser une berline qui restera dans les annales, l’Omega Lotus. En 2009, les effets de la crise de 2008 se font cruellement sentir sur GM, qui fait part de son intention de se désengager progressivement du capital d’Opel. Un accord est même signé, notamment avec Magna International, accord sur lequel le conseil d’administration de GM reviendra rapidement, maintenant Opel dans le giron du groupe américain. Mais les pertes sont endémiques pour la filiale européenne de GM. En 2011, Opel redevient une société par actions et est inscrite au Registre du commerce le 5 janvier. L’année 2017 sera donc celle d’un profond changement.

"What about Vauxhall ?"

Vauxhall a été fondée en 1857 par Alexander Wilson pour produire des pompes et des moteurs de bateaux. Rachetée en 1863 par Andrew Betts Brown et renommée Vauxhall Iron Works, elle ne commença à fabriquer des automobiles qu’en 1903. Vingt-deux ans plus tard, elle passa dans le giron de GM. La marque Bedford fut fondée en 1930 et devint spécialiste du véhicule utilitaire en tant que filiale de Vauxhall.

Lire aussi :

À la suite de la Deuxième Guerre Mondiale, la marque anglaise se tourna vers des modèles plus populaires financièrement parlant et augmenta en conséquence sa production. À partir des années 1980, sa gamme fut directement dérivée des modèles du catalogue Opel. Quelques véhicules firent toutefois exception, dérivant eux-mêmes de modèles d’autres marques du groupe américain, notamment de Holden australiennes.

Une histoire à suivre

Les questions posées par le nouvel avenir d’Opel sont certes nombreuses et restent pour le moment entièrement ouvertes, comme l’a prouvé notre récent entretien avec le patron d’Opel en France. Nul doute que Motor1 aura l’occasion de s’intéresser aux étapes à venir.

Lire aussi :

Faites partie de quelque chose de grand