Inspiré de la Corvette, ce prototype reprenait le châssis et le moteur de l'Opel Kadett.

Les deux Opel les plus appréciées, et du coup les plus vendues, dans les années 60 sont la compacte Kadett et la familiale Rekord, deux autos aux lignes sobres et bien dans l'air du temps à l'époque : capot et flancs lisses, toit plat et impression de solidité.

Mais en 1965, l'entreprise allemande décide de rafraîchir son image et crée le prototype Experimental GT, un coupé inspiré de la deuxième génération de Chevrolet Corvette (Opel et Chevrolet faisaient partie du groupe General Motors) qui renouvelle le style de la marque et la projette dans les années 70.

Du sportif, mais aussi du pratique

Le style de l'Experimental GT est signé par l'Allemand Erhard Schnell, qui s'inspire des lignes élancées déjà en vogue aux Etats-Unis et crée un coupé bas et aérodynamique, loin de toute inspiration des Kadett et Rekord : le concept a un capot long et profilé, un profil qui ondule en vague d'avant en arrière, et une poupe clairement coupée, d'où se détachent les quatre phares ronds, les chromes et ce bouchon de réservoir positionné au centre.

Opel Experimental GT 1965

Sans oublier évidemment les feux avant escamotables. Quant aux portes de cette Experimental GT, elles montrent clairement qu'il s'agit d'une véritable Opel, allant jusqu'à améliorer l'accès à bord en s'ouvrant même sur une petite partie du toit.

Le plumage, pas le ramage

La mécanique de ce prototype est beaucoup plus conventionnelle que l'extérieur ne veut bien le laisser croire. L'Opel Experimental GT adopte le châssis à traction avant de la Kadett et son moteur 1.9 essence de 90 ch. À ce stade, les différences sont énormes avec la Corvette, qui adopte un V8 5.4 dans sa version la moins puissante (255 ch).

Même si pas produite en tant que telle, l'Experimental GT ne restera pas complètement lettre morte car c'est elle a inspiré l'Opel GT 1968, un coupé économique qui est devenu l'une des Opel les plus célèbres de l'histoire.

Galerie: 1965 Opel Experimental GT