Sur toutes les voitures neuves...

Lorsque l'on voit les commentaires négatifs - et pas forcément justifiés - suite à la décision de Volvo de brider tous ses véhicules à 180 km/h en vitesse maximale, on se dit que la loi qui doit être approuvée par le Parlement européen et les membres de l'Union Européenne en septembre pourrait faire couler beaucoup d'encre. En effet, c'est un plan de limitation de vitesse à l'ensemble des voitures neuves qui est envisagé.

Comment ? Au moyen d'un système de sécurité qui serait installé dans toutes les voitures produites à partir de 2022, appelé Intelligent Speed Assistance (ISA), et qui ferait son apparition dans les trois années suivant l'adoption de la loi obligeant son utilisation. C'est en septembre que ce sera décidé par le Parlement européen et les États membres, et cela concernerait l'Europe des 27 ainsi que le Royaume-Uni, qui se calquerait sur cette législation, avec ou sans Brexit.

Le principal dispositif de ces systèmes serait un limiteur de vitesse intelligent, capable d'agir sur la puissance développée par la voiture afin de la ramener aux limites détectées sur les panneaux, ainsi que par le GPS, selon le positionnement de la voiture. Néanmoins, le conducteur pourrait désactiver le système en direct au moyen d'une pression importante sur l'accélérateur, dans le cas où il soit par exemple en train de doubler un autre automobiliste qui, lui, serait en train de ralentir.

Le Conseil européen de la sécurité des transports (ETSC) ne veut pas le rendre actif de manière définitive, mais il serait en revanche activé à chaque démarrage du véhicule, et le conducteur serait informé de son infraction au moment où il commettrait celle-ci. Au bout de quelques secondes, le système deviendrait plus bruyant et des avertissements supplémentaires se déclencheraient jusqu'à ce que le conducteur réduise sa vitesse.

Par la suite, le Conseil pourrait décider de le rendre définitif et de retirer la possibilité de désactivation. Si les constructeurs peuvent difficilement se mettre en porte-à-faux face aux membres du Parlement, il est possible que les discussions se poursuivent afin de ne pas tuer le marché de l'automobile sportive, qui serait certainement affecté par de telles limitations. L'ETSC assure pour sa part que ces dispositifs réduiraient les accidents de 30 % et sauveraient 25'000 vies en 15 ans. Nul doute que ce sera encore un sujet largement débattu jusqu'à son vote en septembre.