Les principales mesures concernant l'autoroute urbaine parisienne viennent d'être présentées.

Va-t-on assister prochainement à la fermeture du périphérique parisien, l'autoroute urbaine qui englobe Paris depuis 1973 ? Pas dans l'immédiat ça c'est certain, mais le périphérique pourrait prochainement subir quelques modifications. En effet, à moins de dix mois des prochaines élections municipales, les élus du Conseil de Paris viennent de s'exprimer sur les principales préconisations de la mission d’information et d’évaluation (MIE), une organisation qui a travaillé sur l’avenir et les transitions concernant la rocade. Parmi les mesures phares, nous vous en parlions précédemment, l'abaissement de la vitesse de 70 à 50 km/h est l'une des préconisations principales.

Outre cette mesure, les élus du Conseil de Paris préconisent également la réservation d’une des quatre voies à certains transports, l’interdiction d'accès à certains poids lourds, notamment ceux en transit, et la végétalisation d'une partie de l'infrastructure. Quand est-ce que cela pourrait s'appliquer ? Pour le moment le timing reste assez flou, seul l'abaissement de la vitesse semble rapidement envisageable. De même pour la création d'une voie dédiée à un certains types de véhicules puisque la voie en question existe déjà et ne nécessitera que des travaux d'aménagement pour le moins mineurs.

"On peut très vite baisser la vitesse, si jamais il y a un consensus avec les communes limitrophes et en accord avec la Préfecture de police", a précisé Jean-Louis Missika, adjoint en charge de l’urbanisme des projets du Grand Paris. "Là où il y a quatre voies dans chaque sens sur le périphérique et non pas trois, il faut réserver la voie de gauche aux véhicules non polluants, au covoiturage, aux véhicules de secours et aux transports en commun sans attendre 2024. Ça peut se décider très vite, peut-être même à titre expérimental dès 2020."

"Le boulevard périphérique est source de pollutions multiples : sonores, atmosphériques et visuelles. Il constitue une véritable barrière urbaine", a également noté Delphine Bürki, maire du IXe arrondissement, ex-LR devenue divers droite. "Il faut prendre des décisions courageuses pour diminuer dès maintenant le trafic automobile dans l’aire urbaine et mettre en place un péage urbain comme cela se fait dans de grandes capitales comme Londres", a ajouté l’élue.

Source : Le Figaro