Une infrastructure disponible pour les constructeurs français !

Le circuit de Linas-Montlhéry a perdu de sa superbe depuis plusieurs années mais n'en reste pas moins l'un des hauts lieux du sport automobile et de l'automobile en France. Ken Block l'avait mis à l'honneur dans un de ses Gymkhana pour rappeler à quel point l'endroit fut mythique, mais celui-ci se tourne désormais vers l'avenir et vient de se doter d'un centre d'essai pour véhicules autonomes, inauguré en présence du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Exploité par la société Utac Ceram et baptisé Teqmo, le centre se compose de 12 km de pistes d'essai. On y trouve une zone représentant des conditions autoroutières, une autre reconstituant des voies urbaines ainsi que d'autres parties permettant de mettre en place des scénarios de stationnement, de manœuvres ou de freinage. Au bord de ces routes, des infrastructures communicantes ont été installées avec le déploiement de solutions 5G, qui est nécessaire pour faire rouler des véhicules autonomes.

Plusieurs partenaires se sont associés à ce projet dans le milieu de l'automobile, à savoir Renault et PSA, l'équipementier Valeo, ainsi que les groupes de télécommunications Bouygues Telecom, Ericsson et Orange. L'expert véhicules autonomes de PSA, Vincent Abadie, explique par ailleurs qu'il faut entre un et deux millions de kilomètres d'essais pour valider une fonction de conduite autonome sur une voiture.

Le groupe essaie de mettre au point des fonctions permettant de lâcher le volant dans les embouteillages et voudrait le démocratiser en 2025. Outre les essais effectués sur circuit, il dispose de 20 prototypes habilités à faire des tests sur routes ouvertes et qui totalisent 170'000 km en conditions réelles depuis le début de ce programme, en 2015. Un total de roulage qui peut paraître conséquent mais qui est en réalité loin des 17 millions de kilomètres totalisés par les voitures autonomes de la filiale de Google, Waymo, aux États-Unis.