Les automobilistes pourront économiser quelques petits centimes d'euros.

Du 29 juin au 1er septembre 2019, tous les week-ends, E.Leclerc vendra les carburants à prix coûtant ! Pour en profiter, il suffit de se rendre un samedi ou un dimanche dans l'une des 674 stations-service, afin de faire le plein de votre véhicule en réalisant quelques économies. Ne vous attendez pas à ce que la différence de prix entre une station-service E.Leclerc et une autre soit significative. Elle ne sera que de quelques centimes par litre, mais c'est toujours bon à prendre... 

Dans son communiqué de presse, l'enseigne précise que "c'est la première fois que E.Leclerc la met en place sur 10 week-ends consécutifs", elle qui s'est battue et allée jusqu'à la Cour Européenne de justice dans les années 1980 pour la libéralisation des prix du carburant, qui étaient sous le monopole des compagnies pétrolières. 

Cette économie est toujours bonne à prendre, même si comme je vous l'indiquais en début d'article, elle n'améliorera que de très peu le pouvoir d'achat des automobilistes. Pour rappel, selon Total, le litre de carburant peut être décomposé en trois parties. En effet, 30% du litre de carburant correspond au prix du produit raffiné, c'est-à-dire, le prix de la matière première (le pétrole) ainsi que le coût du raffinage. À cela, il faut ajouter environ 60% de taxes (selon les données de 2017). Ces taxes sont la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques) et la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée). Ce n'est pas tout, car il reste à prendre en compte les coûts et les frais liés à la logistique et à la distribution, les taux varient de 7 à 10% selon les carburants.

Pour ce qui est des distributeurs, leur marge nette avant impôt est très faible. Elle ne représente en moyenne qu'un petit centime d'euro par litre. E.Leclerc renonce donc à sa faible marge au profit des automobilistes, qui selon les stations, les carburants et les régions, devraient bénéficier d'une petite ristourne allant de 1, 2, 3 voire 4 centimes par litre. Il n'est pas sûr que cela changera grand-chose, peut-être que le gouvernement devrait lui aussi renoncer à sa part (60% !) le temps d'un week-end ; ah, que c'est beau de rêver.

'