Des indemnités pour clore le dossier !

Après avoir dédommagé ses clients américains en 2017, Volkswagen va en faire de même avec les possesseurs d'une voiture de la marque en Australie. Sans reconnaître officiellement sa culpabilité dans le Dieselgate, la firme allemande va clore le litige qui l'oppose à une action collective dans le pays en versant un total de 79 millions d'euros (127 millions de dollars australiens) aux plaignants.

Le tribunal fédéral australien doit encore approuver la transaction, qui permettra aux propriétaires d'environ 100'000 voitures du groupe Volkswagen d'être dédommagés pour la tromperie dont ils ont été victimes en achetant des voitures équipées d'un moteur TDi, dans lesquelles était installé un logiciel permettant à la marque de les homologuer comme étant moins polluantes que ce qu'elles étaient vraiment. 

"C'est une étape importante pour rendre justice et réparation à des milliers d'automobilistes australiens qui disaient avoir été financièrement lésés par l'affaire des émissions diesel", a déclaré Julian Schimmel, avocat du cabinet Maurice Blackburn en charge de l'une des actions collectives. À noter que l'accord amiable a été accepté par Volkswagen sans que le groupe n'admette sa responsabilité au sujet de ces véhicules, qui semblent pourtant faire partie des 11 millions de véhicules truqués.

Mais l'objectif de Volkswagen, qui veut amorcer de manière nette sa transition vers l'électrique, est de régler la question du Dieselgate et les problèmes lié à ces moteurs. Il a déclaré voir en ces accords "une étape de plus vers le règlement de la question", alors que le cumul des amendes, indemnités et remboursements dépassent les 18 milliards d'euros (22 milliards de dollars). Par ailleurs, le procès lancé par les actionnaires pourrait encore coûter près de 10 milliards d'euros au géant allemand, et 410'000 clients ont également lancé une action collective contre ce dernier, ce qui pourrait porter les frais engendrés par le Dieselgate à plus de 30 milliards de dollars.

'