La supercar 'made in Le Mans' !

En 2018, Peugeot a impressionné le monde entier avec le concept-car E-Legend, un hommage à la 504 Coupé au design rétro-futuriste. Mais avant cela, il y a eu la Peugeot Onyx, un concept de supercar présenté au Mondial de l'Automobile de Paris, en 2012. Et cette Onyx quelque peu excentrique embarquait tout de même des nouveautés stylistiques qui se sont retrouvées par la suite sur l'ensemble de la gamme Peugeot.

Un design par lequel il est difficile de ne pas commencer, tant il impressionne au premier regard. Outre des formes affûtées et une ceinture de caisse arrivant aux trois quarts de la hauteur de la voiture, c'est évidemment cette fameuse Coupe franche qui se fait remarquer, tout autant que les matériaux qui la composent. À l'arrière, la carrosserie est en fibre de carbone, sur laquelle un noir mat a été appliqué. Devant, les ailes et les portières avant, entourant un capot en carbone, sont façonnées à la main par un maître-artisan avec une feuille de cuivre.

Concept oublié - Peugeot Onyx (2012)
Concept oublié - Peugeot Onyx (2012)
Concept oublié - Peugeot Onyx (2012)

La face avant reprend une calandre verticale, que l'on a vu par la suite sur les 508 et 308 restylées et qui est encore d'actualité sur la nouvelle 508, et adopte des feux effilés avec un centre plus fin, comme ce que l'on a vu sur les modèles de série de toute la gamme ces dernières années. L'arrière reprend lui aussi un signe caractéristique des Peugeot récentes, à savoir les trois griffes lumineuses. Le design est mêlé à la performance puisque l'arrière adopte des ailettes pour orienter le flux d'air, tandis que le moteur est aéré au moyen de sorties disposées derrière l'habitacle.

Les portes offrent une cinématique en deux mouvements et s'ouvrent sur un habitacle constitué majoritairement de feutre gris, tandis que le bois de la planche de bord est constitué de papier journal recyclé, une matière nommée Newspaper Wood par le constructeur français. Sur cette planche de bord, on retrouve des commandes elles aussi futuristes pour la climatisation. Épuré, l'intérieur met en valeur le volant, constitué de carbone et recouvert de feutre, et qui embarque quelques boutons, ainsi qu'un écran minimaliste sur lequel on voit notamment le régime moteur apparaître sous forme de diodes. Derrière, un écran fait appraître le compte-tours et le compteur de vitesse, gradué jusqu'à 410 km/h.

Galerie: Concept oublié - Peugeot Onyx (2012)

Et si le compteur de la Peugeot Onyx était graduée jusqu'à cette vitesse phénoménale, c'est parce que la bête embarquait le V8 hybride HDi FAP de 3.7 litres de la 908 engagée au Mans, et développant 600 chevaux envoyés directement aux roues arrière via une boîte séquentielle à six rapports. La technologie Hybrid4, permettant la récupération d'énergie cinétique, offrait 80 chevaux de plus au moteur. Avec sa structure en carbone, l'Onyx affiche 1100 kilos sur la balance et campait sur des jantes de 20 pouces et étaient maintenues par une suspension à double triangulation. 

L'excellence de Peugeot Sport était alors traduite sur route, et l'on peut espérer lui voir une descendante dans les prochaines années, puisque Peugeot a annoncé son retour en endurance en 2022, avec le règlement Hypercar, qui obligera la marque à produire en petite série une version routière du modèle engagé au Mans. On espère alors que ce modèle sera aussi impressionnant que peuvent l'être les concept-cars conçus par Peugeot, et dont on regrette malheureusement qu'ils ne soient jamais mis sur nos routes.