Le nombre pourrait atteindre 700'000 sur l'année complète !

Le durcissement du contrôle technique décidé l'année dernière aurait-il un effet inattendu ? Alors que l'objectif était de conserver des voitures moins polluantes et plus sécurisantes sur les routes, il semblerait que ces changements aient poussé nombre d'automobilistes à simplement éviter de faire passer à leur véhicule ce fameux contrôle, qui permet pourtant d'obtenir tous les deux ans l'autorisation de rouler avec son véhicule, et surtout de bénéficier des conditions optimales d'assurance de celui-ci.

C'est la présidente du réseau Dekra, Karine Bonnet, qui tire la sonnette d'alarme, expliquant que sur les 11 premiers mois de l'année, plus d'un demi-million de véhicules n'ont pas passé leur contrôle technique : "C’est du jamais vu, nous n’avions jamais assisté à une telle situation. Il y a toujours une part d’automobilistes qui oublient de respecter l’échéance de leur contrôle mais les proportions actuelles sont anormalement élevées. Je doute que nous rattrapions ce retard avant la fin de l’année."

Le réseau Dekra révèle avoir informé le délégué à la Sécurité Routière, Emmanuel Barbe, ainsi que le ministère de l'intérieur, de cette situation inquiétante. L'objectif est de mettre en place un fichier répertoriant les automobilistes, et donc les véhicules, qui affichent un défaut de contrôle technique et peuvent donc présenter un risque sur les routes, selon les problèmes du véhicule. Cela permettra aussi de pouvoir mieux prendre en charge les accidents causés par ces automobilistes, qui peuvent être un véritable casse-tête judiciaire et financier lorsqu'il s'agit d'impliquer les assurances.

Beaucoup de risques inutiles

"L’idée n’est surtout pas de faire de la dénonciation d’infraction", poursuit Karine Bonnet, qui assure qu'il s'agirait d'informer les personnes qui auraient oublié de se présenter. "Nous voulons simplement les sensibiliser sur les risques qu’ils peuvent encourir avec un véhicule non contrôlé et respecter au mieux la mission qui nous est confiée dans le cadre de la délégation de service public."

Il semblerait que les annonces du gouvernement, qui avait notamment repoussé le durcissement du contrôle lors de la crise des gilets jaunes, ait poussé certains automobilistes à penser qu'un flou c'était installé autour de celui-ci. Mais les professionnels s'inquiètent vraiment des conséquences potentielles de ces manquements, et encouragent les personnes en retard sur leur contrôle à prendre rendez-vous pour aller le passer, d'autant que les prix n'ont pour le moment pas ou peu augmenté depuis le durcissement du contrôle.