Cette formule ne concerne pas tous les véhicules diesels !

En 2018, la loi de Transition énergétique prévoyait le durcissement du contrôle technique pour les véhicules carburant au diesel. Cette mesure devait entrer en vigueur en janvier dernier, mais elle a été reportée au 1er juillet 2019 en raison de la grogne sociale. Cette fois, c'est la bonne, et à partir d'aujourd'hui, le contrôle du diesel sera renforcé.

Qu'est-ce qui change ?

Tous les véhicules diesel homologués Euro 4, Euro 5 et Euro 6 devront passer un nouveau test. Le contrôleur vérifiera l'opacité des fumées dégagées par le pot d'échappement, et pourra recaler votre véhicule si celui-ci dépasse la "valeur plaquée" i.e, la valeur d'homologation, figurant sous le capot de votre véhicule. De plus, le contrôleur mesurera le taux d'émission en CO2 et en NOx, et là encore, votre véhicule pourra être recalé si les taux d'émission sont élevés. Avec le temps, les véhicules ont tendance à s'encrasser. Ceux-ci peuvent émettre une fumée plus opaque, et si elle dépasse les seuils limites, votre voiture aura une contre-visite. Gare aux automobilistes qui ont un véhicule diesel mal entretenu ! 

Outre la procédure qui devient plus sévère pour les diesels, les automobilistes devraient payer un peu plus cher le passage de leur voiture au contrôle technique. En effet, les centres ont dû investir pour se mettre aux normes et acheter des appareils plus sophistiqués, capables de mesurer précisément l'opacité des gaz d'échappement et le taux de particules fines. Comme l'an dernier, les prix avaient déjà augmenté, et ils devraient poursuivre cette tendance au cours des prochains mois. Enfin, la durée de la visite devrait s'allonger de quelques minutes.

Un contrôle technique paradoxal

Paradoxal, le mot est lâché. En effet, cette nouvelle formule du contrôle technique ne concerne que les véhicules homologués Euro 4, Euro 5 et Euro 6. Autrement dit, les vieux diesels homologués Euro 1, Euro 2 et Euro 3 ne sont pas concernés par cette procédure ! Ainsi, si votre voiture diesel a été immatriculée avant 2005, eh bien, le contrôleur ne mesurera à priori ni l'opacité de la fumée des gaz d'échappement ni les taux d'émission.

Même si ces véhicules sont généralement plus polluants, ils ne risquent pas de quitter la circulation par la porte du contrôle technique. Pour expliquer ce paradoxe, il faut savoir qu'à l'époque, les constructeurs ne mesuraient pas l'opacité des fumées lors de la conception de leurs voitures. Ainsi, il est impossible pour un contrôleur de la mesurer et de la comparer à une valeur d'homologation (puisqu'elle n'a jamais été relevée et homologuée).

'