Mesures exceptionnelles prises en pleine crise du Covid-19.

Cette fois-ci le gouvernement a tranché. Après plusieurs jours d'hésitation, avec d'un côté des restrictions de circulation, des garages et centres de contrôle technique obligés de rester ouverts et la difficulté pour certains d'entre eux d'assurer la sécurité de leurs salariés face à la crise sanitaire de coronavirus, des mesures ont été annoncées par la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, et le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Suivant donc l'exemple d'autres pays européens, l'Espagne, l'Italie ou encore la Belgique, il a été décidé d'un report de la date de validité du contrôle technique. Des délais qui s'appliquent aux véhicules légers et aux utilitaires légers, mais avec quelques différences.

 

Comme vous pouvez le voir dans le tweet d'Elisabeth Borne ci-dessus, il existe une tolérance de 3 mois pour les délais concernant le contrôle technique des véhicules légers. Un délai qui n'est que de 15 jours pour les véhicules lourds.

Elisabeth Borne et Jean-Baptiste Djebbari ont par ailleurs précisé que "cette tolérance s'applique également aux délais prévus par la réglementation pour réaliser les contre-visites". 

 

Pour rappel, la Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile (FNA) avait envoyé il y a quelques jours une lettre au Ministre des solidarités et de la Santé, Olivier Véran, pour réclamer un report des échéances de 40 jours. Une manière pour les professionnels de pallier les risques pris par les personnels et leur manque de moyens de protection. Ce report annoncé par le gouvernement montre que ce dernier a entendu l'appel et pris la mesure du danger qui menaçait. Une bonne nouvelle donc dans un premier lieu pour les professionnels du secteur, mais aussi pour les automobilistes dont l'échéance de contrôle technique arrivait en plein confinement. Avec le report, eux non plus n'auront pas à prendre de risques inutiles en se déplaçant.